NOUVELLES
08/10/2013 01:39 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

Procès des Rédemptoristes : la méthode du psychologue mise en doute

La défense tente de mettre en doute la méthode d'un spécialiste des cas d'agressions sexuelles sur des enfants, Hubert Van Gijseghem, au procès en recours collectif contre les Rédemptoristes.

Au lendemain de l'interrogatoire du premier témoin expert des plaignants, l'avocat de l'ancien Séminaire Saint-Alphonse de Sainte-Anne-de-Beaupré, Me Éric Lemay, a tenté de miner la crédibilité du psychologue, qui s'est montré irrité par les questions.

L'avocat a repassé avec le témoin l'ensemble de son expertise et le rapport qu'il a produit pour la cour. 

Me Éric Lemay a questionné Hubert Van Gijseghem entre autres sur les logiciels qu'il a utilisés pour interpréter les tests psychologiques auxquels a été soumis le requérant du recours collectif, Frank Tremblay. Me Lemay a fait valoir que des logiciels plus récents existaient, ce qui a fait bondir le psychologue qui compte une cinquantaine d'années de pratique.

M. Van Gisjeghem a tenu à se justifier au juge. Il a précisé que son travail a été scruté à la loupe par son ordre professionnel,qui en a fait un formateur pour les jeunes psychologues.

Pour produire son rapport, le psychologue a dit avoir rencontré Frank Tremblay pendant environ quatre heures et demie. Il a consacré une journée à la rédaction. Une expertise qui a coûté 2500 $.

L'avocat des Rédemptoristes a questionné le psychologue sur les nombreux scandales sexuels qui ont éclaté ailleurs au pays dans les années 80 et 90, comme ceux de l'orphelinat Mount Cashel à Terre-Neuve et du Collège de réforme d'Alfred en Ontario, où les victimes ont dénoncé les cas d'agression.

Selon le psychologue, il n'y aucun parallèle à faire avec le cas du Séminaire Saint-Alphonse puisqu'il s'agissait de centres de rééducation pour des enfants en difficulté. Selon l'expert, il était probablement plus facile pour eux de dénoncer leurs agresseurs puisqu'ils étaient dans un environnement hostile.

Mercredi, la défense présentera son premier témoin, un psychiatre.