NOUVELLES
08/10/2013 05:08 EDT | Actualisé 08/12/2013 05:12 EST

Malgré leurs insuccès en octobre, les Braves voient l'avenir d'un bon oeil

ATLANTA - Pendant une grande partie de la saison, les Braves d'Atlanta ont joué bien au-delà des attentes.

Ils ont perdu sept joueurs en raison de blessures qui ont mis fin à leur campagne et deux joueurs-clé ont frappé pour moins de ,200. Malgré tout, les Braves ont remporté 96 parties et gagné leur premier titre de section depuis 2005.

Mais une fois octobre venu, ça a été la même vieille rengaine: une autre déception.

Les Braves n'ont pas remporté une série depuis 2001 et leur séquence de huit séries perdues est la deuxième plus longue de l'histoire du baseball, derrière celle des Cubs de Chicago, qui ont perdu 10 séries consécutives entre 1910 et 1998.

«Il s'est produit beaucoup de bonnes choses, a dit le gérant Fredi Gonzalez après l'élimination des siens, lundi. Beaucoup de joueurs ont contribué aux 96 victoires. C'est le genre de saison que vous n'apprécierez pas pendant quelques semaines, puis vous allez y repenser et vous dire: 'Vous savez quoi? C'était une bien bonne saison. Une bien bonne saison'.»

C'est vrai, les Braves ont plusieurs bonnes raisons de voir l'avenir d'un bon oeil. Le premier-but Freddie Freeman a connu le genre de saison que connaissent les joueurs par excellence. Les jeunes lanceurs Kris Medlen, Mike Minor et Julio Teheran ont pris la tête de la rotation des partants, surtout après que Tim Hudson se soit fracturé la cheville. L'arrêt-court Andrelton Simmons pourrait remporter un Gant d'Or. Evan Gattis s'est avéré l'une des meilleures recrues de la Nationale. Le releveur no 1 Craig Kimbrel a de nouveau eu une saison dominante.

«Je ne sais pas ce qui va se passer au cours de l'hiver, mais j'ai déjà hâte au camp d'entraînement, a dit Freeman. Souhaitons que nous compterons sur les mêmes gars, nous étions un groupe tissé serré.»

Mais les Braves ont de nouveau trébuché en séries. Depuis qu'ils ont remporté le championnat de la Nationale en 1999, les Braves ont une fiche de 13-30 en octobre et ils n'ont gagné qu'une série au cours de cette période.

Bien que les joueurs de l'édition actuelle n'aient rien à voir avec ces nombreux échecs (seuls le receveur Brian McCann et Hudson étaient avec l'équipe en 2005), c'est un thème récurrent depuis le début des années 1990 au sein de cette organisation, alors que les Braves ont remporté 14 titres de section consécutifs, mais n'ont mis la main que sur une seule Série mondiale.

«Tous les accomplissements réussis en saison en comptent plus une fois les séries amorcées», a noté le voltigeur Jason Heyward.

Avec autant de jeunes joueurs, les Braves ne devraient pas apporter de changements majeurs cet hiver. McCann et Hudson sont les seuls gros noms éligibles à l'autonomie.

Les Braves tenteront peut-être d'obtenir Hudson, un lanceur de 37 ans de la région, à rabais pour une autre saison, ce qui donnerait un vétéran à la rotation majoritairement composée de lanceurs dans la vingtaine. Pour McCann, c'est une autre histoire.

Même s'il a grandi dans la région d'Atlanta et qu'il a joué toute sa carrière avec les Braves, il semble bien qu'il jouera ailleurs l'an prochain. La position naturelle de Gattis est derrière le marbre et il a montré de belles choses avec 21 circuits et 65 points produits à sa première campagne. Les Braves comptent aussi sur le vétéran Gerald Laird et le jeune espoir de 22 ans Christian Bethancourt.

Après ne pas avoir frappé un coup sûr en 13 présences, dont un quatrième match de quatre retraits sur des prises, McCann a admis qu'il avait peut-être disputé sa dernière rencontre dans l'uniforme des Braves.

«Je ne pense pas à cela, a dit Gonzalez. On ne sait pas ce qui se produira ou pas.»

Une situation plus urgente pour les Braves est la façon dont il vont gérer les dossiers de B.J. Upton et de Dan Uggla. Les deux plus hauts salariés de l'équipe ont connu une saison misérable.

Upton, qui vient d'écouler la première saison d'un contrat de cinq ans et 75,25 millions $ US, a maintenu une moyenne de ,184 avec neuf circuits et 26 points produits. Il a perdu son poste de partant, mais les Braves ne peuvent qu'espérer une dramatique volte-face de sa part, puisqu'ils lui doivent encore près de 60 millions $.

Uggla représente un casse-tête encore plus grand. Ses statistiques ont décru de façon constante à ses trois saisons avec les Braves, jusqu'à un famélique ,179 et 171 retraits sur des prises — une marque d'équipe — cette saison. Sa relation avec l'équipe est pour le moins houleuse après que son nom eut été rayé de la formation éliminatoire.

Mais les Braves doivent toujours 13 millions $ sur deux ans à Uggla, ce qui rend une transaction difficile dans son cas et il est peu probable que l'équipe acceptera de payer une telle somme pour s'en départir.

«Ça va bien aller, a philosophé Laird. On bâtit pour l'avenir.»