NOUVELLES
08/10/2013 05:03 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

L'Italie demande l'aide de l'Europe après le drame de Lampedusa

L'Italie réclame l'aide de l'Union européenne (UE) et une refonte des règlements communautaires en matière d'immigration après le naufrage d'un bateau de migrants qui a fait environ 300 morts jeudi dernier près de l'île de Lampedusa.

Des plongeurs ont récupéré mardi 43 autres corps dans l'épave du navire qui gît par une quarantaine de mètres de fond, ce qui porte à 274 le nombre de victimes retrouvées, a annoncé la garde-côte. Il y a 155 rescapés.

Le président du Conseil italien, Enrico Letta, et celui de la Commission européenne, José Manuel Barroso, se rendront ensemble mercredi sur la petite île située entre la Sicile et la Tunisie.

Face à cette tragédie, Barroso a déclaré que l'UE allait fournir une aide à l'Italie, mais n'a pas donné de précisions sur la nature de cette assistance.

Pour une nouvelle politique de droit d'asile

Les autorités italiennes souhaiteraient que les procédures de droit d'asile soient assouplies au niveau européen afin que les migrants qui arrivent en Italie puissent s'installer rapidement dans d'autres pays de l'Union.

« Ce n'est tout simplement pas possible que l'UE continue d'accepter de voir ces gens arriver en Europe dans des conditions aussi horribles », a déclaré à Reuters le maire de Lampedusa, Giusi Nicolini. « Nous allons donc demander (à Barroso) une nouvelle politique de droit d'asile. »

Actuellement, et contrairement aux années précédentes, la plupart des migrants qui arrivent en Italie peuvent prétendre au statut de réfugiés, en raison des troubles qui ont suivi le « printemps arabe », a estimé Barbara Molinario, porte-parole du haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Depuis le début de l'année, environ 30 100 migrants ont atteint les côtes italiennes, dont 7500 qui fuyaient la guerre en Syrie, 7500 l'oppression politique en Érythrée et 3000 la violence en Somalie, a-t-elle ajouté.

Les règles de l'UE concernant les réfugiés ont été adoptées il y a dix ans à Dublin. Dans la plupart des cas, une demande d'asile doit être déposée dans le pays où est arrivé le réfugié - L'Italie ou la Grèce dans de nombreux cas.

Le ministre italien des Affaires européennes, Enzo Moavero Milanesi, a déclaré au magazine catholique Avvenire qu'il fallait revoir le système actuel, « sans tabou ».

Reuters