NOUVELLES
08/10/2013 07:07 EDT | Actualisé 08/12/2013 05:12 EST

Égypte : les Frères musulmans retirés de la liste des ONG autorisées

La confrérie des Frères musulmans vient d'être frappée par un autre coup de boutoir. Selon les médias officiels, le gouvernement a retiré les Frères musulmans de la liste des ONG autorisées. Pendant ce temps, des centaines de personnes manifestaient devant l'Université du Caire contre le « gouvernement militaire ».

La manifestation a eu lieu deux jours après la mort de dizaines de manifestants islamistes dans de nouveaux affrontements avec la police et des civils armés.

Les partisans du président déchu Mohamed Morsi avaient appelé les étudiants à protester contre l'armée qui l'a renversé début juillet après les violences de dimanche, dont le bilan s'élève, selon les médias officiels, à 57 morts et 391 blessés.

Environ 35 manifestants ont été arrêtés, selon des sources sécuritaires. D'autres manifestations ont eu lieu dans plusieurs universités au pays.

La justice avait interdit le 23 septembre les activités des Frères musulmans et ordonné la confiscation des biens de la confrérie. Mais la confrérie a fait appel. Sans attendre l'examen par la justice de cet appel, le gouvernement a ordonné mardi l'interdiction de l'organisation comme ONG.

Cette interdiction s'applique à la confrérie - qui n'a aucune existence juridique - ainsi qu'à l'Association des Frères musulmans, une ONG créée sous la présidence de Mohamed Morsi et accusée de servir de façade aux Frères, ainsi qu'à « toute organisation qui en émane ou est financée par eux ».

Par ailleurs, les principaux dirigeants sont emprisonnés pour diverses accusations, dont incitation à la violence.

Parallèlement aux mesures judiciaires, une répression féroce frappe les partisans du président Morsi, renversé le 3 juillet dernier. D'un autre côté, les actions violentes de groupes islamistes se multiplient contre la police et l'armée, notamment dans le Sinaï.