Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

É.-U. : un détenu sur 10 est condamné à perpétuité

Le nombre de détenus purgeant une peine de réclusion à perpétuité aux États-Unis a plus que quadruplé depuis 1984 et représente aujourd'hui plus de 10 % de la population carcérale, selon une étude du Sentencing Project publiée mercredi.

Ce centre d'études sur l'univers carcéral, qui milite pour une réforme de la justice pénale aux États-Unis, affirme qu'en 2012, près de 160 000 détenus avaient été condamnés à la prison à perpétuité, soit 10,6 % des 1,5 million de personnes détenues dans les prisons américaines.

Le nombre a été multiplé par quatre depuis 1984, année de référence pour ce qui est du recensement de la population carcérale aux États-Unis. Il est aussi en hausse de près de 12 % depuis 2008.

Parmi les détenus condamnés à perpétuité, près de la moitié appartiennent à la communauté afro-américaine, moins d'un tiers sont des Blancs.

Parmi les raisons expliquant le nombre de condamnations à perpétuité, le Sentencing Project avance que la justice s'est habituée à prononcer cette sentence lors du moratoire sur les condamnations à mort, en vigueur de 1972 à 1976.

L'introduction de peines plancher et les lois adoptées en ce sens dans les années 1980 et 1990 pour faire face à l'augmentation de la criminalité et des violences liées au

trafic de drogues constituent d'autres facteurs explicatifs.

Selon des chiffres cités par l'Attorney General (ministre de la Justice), Eric Holder, qui a dévoilé en août une réforme visant à atténuer l'effet des peines plancher pour alléger la pression dans les prisons, les États-Unis représentent à peine 5 % de la population mondiale, mais le quart de la population carcérale à l'échelle de la planète.

D'après le Sentencing Project et d'autres organisations, comme le Centre international d'études carcérales basé à Londres, les États-Unis sont le pays où le nombre de détenus rapporté à la population totale est le plus important au monde.

Reuters

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.