NOUVELLES
24/08/2013 12:18 EDT | Actualisé 24/10/2013 05:12 EDT

Philippe Couillard critiqué pour sa position relative aux minicentrales

MONTRÉAL - Philippe Couillard se fait écorcher pour l'une de ses prises de position dans le dossier énergétique.

Le chef du Parti libéral du Québec s'attire les foudres de certaines organisations écologistes (comme la Fondation Rivières et la Coalition pour la Sauvegarde de la Ouiatchouan à Val-Jalbert) à cause de sa volonté de défendre le programme des minicentrales hydroélectriques largement abandonné l'hiver dernier.

En février, la ministre provinciale des Ressources naturelles, Martine Ouellet, avait annoncé que son gouvernement annulait six projets du genre tout en épargnant celui de Val-Jalbert vu son état d'avancement. Mme Ouellet avait justifié cette décision en faisant valoir qu'Hydro-Québec disposait déjà de surplus d'électricité.

À l'époque, de nombreux écologistes avaient applaudi.

Le porte-parole de la Fondation Rivières, Pierre Leclerc, a perdu le goût de claquer des mains jeudi.

Selon M. Leclerc, le chef du PLQ fait preuve d'un empressement inquiétant.

M. Leclerc s'est demandé «sur quelle planète M. Couillard vit». Rappelant que le gouvernement de Pauline Marois lancera une consultation publique sur l'avenir énergetique de la province, cet automne, il a déploré que M. Couillard puisse prendre les devants sans attendre les résultats de cette consultation. Il a estimé que le chef du PLQ a fait preuve de «mépris total de la démocratie citoyenne.»

Au moment d'annoncer sa candidature dans Roberval, Philippe Couillard n'a pas caché son désir de voir le programme des minicentrales renaître de ses cendres.

Il a défendu cette position en faisant valoir qu'il lui apparaissait primordial de permettre à certaines communautés de miser sur les bénéfices associés à l'énergie renouvelable pour favoriser leur développement économique.