NOUVELLES
24/08/2013 03:43 EDT | Actualisé 24/10/2013 05:12 EDT

Viol collectif en Inde: deux suspects arrêtés

AFP

NEW DELHI - La police indienne a arrêté un deuxième suspect, samedi, en lien avec le viol collectif d'une jeune photojournaliste à Bombay, et affirme avoir suffisamment de preuves pour poursuivre les suspects en justice.

Cette nouvelle affaire de viol a ravivé le débat sur les violences sexuelles en Inde.

La victime, une femme de 22 ans, était toujours hospitalisée samedi et son état s'améliorait de façon satisfaisante, après avoir été violée à répétition par cinq hommes jeudi soir dans une usine de textile désaffectée, a indiqué un responsable de la police de Bombay, Satyapal Singh.

La jeune femme et un collègue masculin, qui a été ligoté et battu durant le viol, avaient été envoyés par un magazine pour prendre des photos d'un quartier du sud de Bombay où les centres commerciaux à la mode, les restaurants branchés et les appartements de luxe côtoient d'immenses bidonvilles et des usines abandonnées.

Selon la police, les suspects se sont approchés des journalistes sous prétexte de les aider à obtenir la permission de prendre des photos à l'intérieur de l'usine en ruines.

Le premier suspect arrêté, un chômeur de 19 ans, a comparu en cour samedi. Il restera détenu au moins jusqu'au 30 août, a indiqué la police. Des dizaines de manifestants réclamant justice s'étaient rassemblés devant le tribunal pour l'occasion. Des journalistes et des photographes ont également manifesté dans plusieurs États du pays.

Un deuxième suspect a été arrêté avant l'aube samedi et a admis aux autorités son rôle dans l'attaque, a déclaré M. Singh devant les journalistes. Une unité d'enquêteurs criminels recherche les trois autres suspects, a-t-il précisé.

M. Singh a affirmé que la police possédait des preuves suffisantes pour inculper les cinq suspects, notamment le témoignage livré par la victime immédiatement après l'attaque alors qu'elle se trouvait à l'hôpital.

Ce nouveau viol a touché une corde sensible en Inde, après le viol collectif mortel d'une étudiante de 23 ans dans un autobus de New Delhi en décembre. L'affaire avait fait grand bruit et attiré l'attention sur la sécurité des femmes en Inde, en plus de révéler une culture machiste dans laquelle les victimes de viol sont souvent contraintes au silence par la pression sociale ou la police qui ne les prend pas au sérieux.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Manifestations en Inde après le décés d'une jeune femme violée Voyez les images