Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Journée d'étude à Edmonton : Stephen Harper a changé le fédéralisme canadien

Stephen Harper a modifié des aspects des relations entre le gouvernement fédéral et les provinces, ont constaté des politologues lors d'une journée d'étude organisée vendredi par le Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta à Edmonton.

Quinze participants venus d'un peu partout au Canada ont débattu de l'état de santé du fédéralisme canadien sous l'influence de l'idéologie conservatrice du premier ministre Harper.

Le professeur Frédéric Boily, qui a organisé la journée d'étude, observe des changements dans la politique étrangère canadienne et dans les politiques publiques comme la péréquation, depuis l'arrivée au pouvoir des conservateurs en 2006.

Selon lui, leur empreinte se renforce depuis qu'ils sont devenus majoritaires à la Chambre des communes en 2011.

Plus fermé aux provinces depuis 2008

Un autre professeur, Réjean Pelletier, croit que la crise économique de 2008 a également marqué des ruptures. Le gouvernement fédéral est notamment devenu plus fermé à l'égard des provinces, selon lui.

Le politologue précise qu'Ottawa agit de manière plus unilatérale, limite ses interactions avec l'ensemble des provinces et préfère des relations bilatérales.

M. Pelletier croit que serait une explication de l'absence de M. Harper aux réunions du Conseil de la fédération.

La communication à la Harper

La professeure Catherine Côté souligne par ailleurs la stratégie de communication ciblée qui caractérise Stephen Harper.

« C'est un peu une méthode de contournement, certains diraient du contrôle. Il s'agit d'une rupture, parce que c'est la première fois qu'on a osé le faire, parce que dans le fond, tous les politiciens souhaiteraient le faire. »

-- Catherine Côté, professeure à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke

Malgré ces changements, les participants voient tout de même une certaine continuité avec les gouvernements précédents, même au chapitre de la péréquation et surtout des transferts en santé.

Les politologues pensent utiliser les conclusions de la journée d'étude d'Edmonton pour se préparer à la prochaine élection fédérale en 2015.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.