NOUVELLES
22/08/2013 03:31 EDT | Actualisé 22/10/2013 05:12 EDT

Négociations rompues entre Québec et les pharmaciens concernant la rémunération de nouveaux services

Shutterstock
closeup hand of woman...

L'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) a suspendu les négociations avec le gouvernement concernant la rémunération de certains nouveaux services en pharmacie.

L'Association affirme qu'à compter du 3 septembre, les pharmaciens seront contraints de facturer les services en question aux patients.

Les deux parties négociaient les honoraires que doivent toucher les pharmaciens pour de nouveaux services qu'ils devraient dispenser à partir du 3 septembre, afin de libérer les médecins et désengorger le système de santé.

Sept services devaient être offerts, mais la liste a été réduite à trois soit :

l'évaluation du besoin d'un médicament pour le traitement de certains problèmes de santé mineurs comme les feux sauvages, les allergies saisonnières, les infections urinaires, par exemple;

l'évaluation du besoin d'un médicament dans les cas où aucun diagnostic n'est requis;

le service de prise en charge de l'ajustement pour atteindre une cible thérapeutique.

Or, dans le cas du troisième service, pour vérifier l'atteinte d'une cible thérapeutique, un pharmacien doit parfois procéder à des tests en pharmacie, dont celui de la glycémie à l'aide d'un glucomètre ou celui du temps de prothrombine à l'aide d'un coagulomètre portable, pour les gens qui prennent des anticoagulants.

C'est sur ce dernier point que les discussions ont été suspendues, rapporte l'association. Le président de l'association Jean Thiffault a relaté que les pharmaciens réalisaient déjà de tels tests depuis près de 10 ans, en faisant payer les patients, et que le ministère a « soudainement » décidé qu'ils ne pourraient plus les faire.

Cette volte-face aura pour effet de retourner des milliers de patients dans les laboratoires du réseau public ou privé.

L'Association a adressé une lettre au ministre de la Santé, Réjean Hébert, lui demandant de clarifier la situation quant à l'exécution des tests effectués par les pharmaciens.

Au total, seulement 40 % des Québécois auront accès aux consultations gratuites en pharmacie, parce qu'ils n'ont pas d'assurance privée et sont couverts par l'assurance médicaments. Pour les 60 % restants, il est impossible de dire à l'heure actuelle qui, du patient ou de l'assureur, va payer la note.

Mercredi, l'ancien ministre de la Santé Yves Bolduc a indiqué que les nouveaux pouvoirs des pharmaciens coûteraient 100 millions de dollars à l'État.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.