DIVERTISSEMENT
22/08/2013 10:55 EDT | Actualisé 22/10/2013 05:12 EDT

Charlotte Le Bon dans «La stratégie de la poussette» (ENTREVUE/PHOTOS)

Courtoisie

La mannequin et actrice québécoise qui a mis nos cousins les Français dans sa poche grâce à ses pétillantes apparitions aux Grand Journal de Canal + en tant que miss météo tourne film après film. Dernier en date, La Stratégie de la poussette, une comédie sentimentale dans laquelle Charlotte Le Bon partage l’affiche avec Raphaël Personnaz.

«Avoir des enfants? Oh là! Oui, mais pas tout de suite, répond Charlotte en entrevue téléphonique. J’assume pleinement mes 26 ans et je n’ai aucun problème avec ça, même si je vois autour de moi tous mes amis du cégep devenir des parents assumés. Et puis, il faut que je vous dise, j’adore les bébés... surtout ceux des autres».

Ce qui ne l’a pas empêché d’interpréter Marie, une femme dans la trentaine qui veut éperdument tomber enceinte. «Je “largue” mon copain (interprété par Raphaël Personnaz) parce qu’il refuse de fonder une famille. Il a trop peur de s’impliquer. Une décision qu’il va regretter», déclare-t-elle.

On l’aura compris. Charlotte ne ressemble pas à Marie. Toutefois, la comédienne concède n’avoir eu aucun problème à jouer un rôle aussi éloigner d’elle. «J’ai ressenti un vrai coup de foudre envers le scénario. Lorsque j’ai rencontré le réalisateur Clément Michel, j’ai tout de suite su que je voulais faire partie de son film. Cette histoire m’a complètement charmé. La Stratégie de la poussette possède cette atmosphère de comédie très franco-française plutôt séduisante», raconte-t-elle.

La Québécoise s’est également entendue à merveille avec l’acteur Raphaël Personnaz qui interprète son amoureux et dont elle n’a que de bons mots. «Durant le tournage, on s’amusait beaucoup. On est même devenus des amis. J’ai énormément aimé jouer avec lui», dit-elle.

Le récit ne mentionne jamais les origines de Marie. Par contre, l’actrice qui a conservé quelques bribes de son accent québécois laisse entrevoir certains indices. «Garder l’accent québécois ou non, cela dépend toujours du rôle que je dois jouer. Pour certains films, je dois parler avec un accent français. Dans ce cas-ci, ça n’avait pas vraiment d’importance, alors j’ai pu y mettre un peu de moi», précise-t-elle.

Une carrière en montée

Pour une fille qui ne se destinait pas au 7e art, disons que le destin cinématographique sourit à Charlotte Le Bon. Depuis quelque temps, elle multiplie les productions prestigieuses. Outre La Stratégie de la poussette, on a également pu la voir dans Astérix et Obélix: au service de Sa Majesté de Laurent Tirard et L’écume des jours de Michel Gondry. «Je suis super chanceuse. Attendez, je touche du bois».

Et ce n’est pas encore fini. Alors qu’elle vient de terminer les tournages de Libre et assoupi de Benjamin Guedj et du biopic d'Yves Saint Laurent de Jalil Lespert, Le Bon se prépare à jouer avec l’actrice britannique Helen Mirren dans The hundred-foot journey, un long métrage américain produit par deux poids lourds de l’industrie, Steven Spielberg et Oprah Winfrey. «Je n’y crois pas. Ça ne fait pas de sens. J’essaye encore de ne pas trop y penser», confit-elle.

Pourtant, il demeure un souhait que Charlotte Le Bon n’a pas encore réalisé : celui de jouer dans un film québécois. «J’adorerais tourner au Québec. Personne ne m’a encore proposé quoi que ce soit, mais si un réalisateur m’envoie un bon projet, je dis oui tout de suite», conclut-elle.

À LIRE AUSSI

5 questions beauté à Charlotte Le Bon

La Stratégie de la poussette – Axia Films – Comédie sentimentale – 90 minutes – Sortie en salles le 23 août 2013 – France.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo «La stratégie de la poussette» Voyez les images