NOUVELLES
20/08/2013 10:45 EDT | Actualisé 20/10/2013 05:12 EDT

Le CP met à pied plus de la moitié de ses inspecteurs de la sécurité à Cranbrook

À peine six semaines après la tragédie ferroviaire à Lac-Mégantic au Québec, le Canadien Pacifique se défait de plus de la moitié de ses inspecteurs de la sécurité dans une ville de l'Intérieur de Colombie-Britannique.

Quatre des sept inspecteurs du CP établis à Cranbrook ont reçu des avis de mises à pied, et le représentant syndical Bob Fitzgerald affirme que cela est très inquiétant du point de vue de la sécurité, surtout après la tragédie du 6 juillet, qui a fait 47 morts.

« La qualité des inspections et leur fréquence déclineront forcément », insiste M. Fitzgerald. « Il serait sage pour le CP de tenir compte du fait que ce qui s'est passé à Lac-Mégantic pourrait clairement arriver n'importe où », ajoute-t-il.

Selon le syndicaliste, les conséquences d'un déraillement dans la région de Cranbrook pourraient être particulièrement funestes, étant donné que certains trains passant dans la ville transportent des matériaux hautement toxiques vers la fonderie à Trail.

Le CP, qui mettra à pied jusqu'à 6000 travailleurs dans les prochaines années, n'a pas souhaité commenter la situation précise des mises à pied à Cranbrook. Un gestionnaire des communications, Kevin Hrysak, a indiqué par courriel que la compagnie avait toujours eu comme priorité de mener ses activités de façon sécuritaire.

La semaine dernière, le gouvernement québécois a inclus le transporteur dans sa liste d'entités devant être tenue responsables du paiement des coûts de nettoyage du déraillement à Lac-Mégantic. Les avocats de victimes de la tragédie l'ont aussi cité dans une demande de recours collectif.