NOUVELLES
19/08/2013 03:05 EDT | Actualisé 18/10/2013 05:12 EDT

Rentrée municipale : le maire Labeaume fixe ses priorités

Fraîchement revenu de vacances, le maire Labeaume a fait part lundi de ses priorités pour les prochaines semaines à l'Hôtel de Ville. De passage à Expo Québec, le maire a affirmé qu'il faisait du rapport D'Amours sur l'avenir des régimes de retraite québécois et du dossier de l'Hôtel-Dieu ses deux chevaux de bataille pour la rentrée municipale.

Régis Labeaume, qui a accueilli favorablement le rapport D'Amours lors de sa parution malgré certaines réserves, a dit être très inquiet pour la survie du document. Il s'inquiète, entre autres, du rejet catégorique la semaine dernière des principales recommandations du rapport par le Syndicat canadien de la fonction publique.

« On n'est pas d'accord avec tout le rapport D'Amours, mais on pense que c'est trop fondamental et c'est inévitable », a lancé le maire de Québec.

« Que ce soit les politiciens, que ce soit les syndicats, que ce soit qui que ce soit, pour nous autres, au niveau de notre pouvoir à nous, on n'acceptera pas qu'on tue le rapport D'Amour ou toute tentative pour le mettre sur les tablettes », a ajouté le maire de Québec.

Ce dernier ira d'ailleurs vendredi témoigner la position de la Ville de Québec devant la commission parlementaire sur le rapport D'Amours, qui se tient à l'Assemblée nationale.

Hôtel-Dieu de Québec

Par ailleurs, le maire Labeaume a fait savoir lundi qu'une décision doit être bientôt prise dans le dossier du déménagement ou de l'agrandissement de l'Hôtel-Dieu de Québec.

Le maire de Québec a réagi à la récente proposition d'un groupe de 17 professeurs retraités, qui suggère la construction d'un hôpital généraliste à Sainte-Foy en même temps que la rénovation de l'Hôtel-Dieu, plutôt qu'un déménagement près de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus.

Le maire Labeaume est d'avis que le gouvernement québécois doit trancher une fois pour toutes dans ce dossier, de peur que les budgets alloués à ce projet filent entre les doigts de la région. Il estime qu'une décision doit être prise bientôt. « Si ça continue, on va faire comme Montréal, on va s'obstiner pendant des mois et des années sur le lieu. Pendant ce temps-là, l'hôpital ne se construira pas », a-t-il dit.

« C'est correct que tout le monde ait des idées, mais ce qu'il faut, et je pense que le gouvernement va le faire bientôt, c'est de prendre la décision : l'Hôtel-Dieu ou l'Enfant-Jésus, on décide puis on part. »

Le ministre de la Santé doit rendre une décision à la mi-septembre dans le dossier de l'Hôtel-Dieu de Québec.