Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La ministre fédérale des pêches ne va pas intervenir dans le dossier du prix du homard

La ministre fédérale des Pêches, Gail Shea, se dit impuissante face aux bas prix offerts aux pêcheurs de homard des Maritimes. Les acheteurs ont annoncé, la semaine dernière, qu'ils offraient entre 2.50$ à 3.00$ la livre aux pêcheurs de la zone 25, le détroit de Northumberland, pour leurs prises.

La ministre Shea compte notamment sur les conclusions d'un comité interprovincial avant d'avancer des solutions.

En quelques années, la production de homard a triplé sur la côte est de l'Amérique du Nord. La ministre des Pêches et des Océans, Gail Shea, n'est donc pas surprise que les prix continuent de baisser.

Elle ne croit d'ailleurs pas qu'une solution simple va faire croître les prix, comme par magie. La ministre Shea affirme qu'elle a bien hâte de voir les conclusions d'un groupe d'experts sur les bas prix, afin de mieux comprendre la dynamique en cause.

Mais avant tout, elle estime que les acheteurs, les transformateurs et les pêcheurs devront s'entendre sur un processus qui va leur permettre à tous de faire des profits.

La ministre ajoute qu'il s'agit d'une question d'offre et de demande et que les gouvernements ne peuvent pas intervenir efficacement pour faire monter les prix offerts aux pêcheurs.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.