NOUVELLES
19/08/2013 09:19 EDT | Actualisé 19/10/2013 05:12 EDT

Bataille à trois devant le filet

Contrairement à leurs coéquipières à l'attaque et à la défense, les trois gardiennes de but de la formation canadienne savent déjà qu'elles iront à Sotchi pour les Jeux olympiques.

Chaque pays aura trois gardiennes sur sa liste de 21 joueurs pour le tournoi olympique qui aura lieu au mois de février prochain.

C'est donc dire que la Québécoise Charline Labonté, l'Albertaine Shannon Szabados et l'Ontarienne Geneviève Lacasse ont automatiquement obtenu leur billet pour Sotchi dès qu'elles ont reçu l'appel de l'entraîneur-chef de la formation, Dan Church.

Les trois femmes insistent pour dire qu'elles ont tout de même de la pression sur les épaules. Les attentes sont différentes, mais aussi élevées.

Neuf défenseuses se feront la lutte pour six postes tandis que 15 attaquantes visent un des 12 postes disponibles dans la formation. Church annoncera ses choix à la fin du mois de décembre.

Les patineuses choisies participeront à tous les matchs à Sotchi. Les gardiennes n'auront cependant pas ce luxe.

« Les gens croient que nous sommes chanceuses, mais il n'y en aura qu'une qui disputera le match de la médaille d'or, a dit Lacasse. C'est notre but à toutes les trois. »

Le Canada fera face aux États-Unis lors de la ronde préliminaire. La Finlande et la Suisse font aussi partie de son groupe. Les Canadiennes et les Américaines devraient croiser le fer à nouveau lors du match de la médaille d'or le 20 février, si tout se déroule comme prévu.

Si la gardienne partante n'est pas encore choisie à la fin du mois de décembre, la compétition interne entre Labonté, Szabados et Lacasse risque bien de se poursuivre après l'annonce des joueuses qui formeront l'équipe.

« Ça dépendra où nous serons rendus dans le processus et de la manière dont elles joueront, a déclaré Church. Il pourrait y avoir de la compétition entre les trois jusqu'au mois de janvier. Deux d'entre elles devraient avoir devancé l'autre. »

La plupart des joueuses qui tenteront de percer la formation olympique canadienne proviennent de l'extérieur de l'Alberta et elles ont déménagé à Calgary pour les six prochains mois. Elles patinent et s'entraînent chaque jour en plus de disputer des matchs intra-équipe.

Les femmes joueront entre 50 et 60 rencontres avant de quitter le Canada pour Sotchi.