NOUVELLES
18/08/2013 08:01 EDT | Actualisé 18/10/2013 05:12 EDT

Stephen Harper passe à l'attaque au Yukon

Le premier ministre Stephen Harper a entamé dimanche sa visite de l'Arctique canadien en menant une charge à fond de train contre les deux principaux partis de l'opposition, mettant à l'essai des thèmes qui devraient sous-tendre la stratégie conservatrice jusqu'aux prochaines élections.

Il a présenté les conservateurs comme les champions de l'Arctique, au moment où la Défense nationale admettait qu'elle éprouvait des problèmes pour acheter des motoneiges afin d'équiper ses unités de réserve opérant dans cette région inhospitalière.

Dans le cadre d'un discours hautement partisan livré devant un auditoire conquis d'avance, alors que s'achève un été marqué par les scandales des dépenses au Sénat, M. Harper s'en est pris à ses deux principaux adversaires.

Il s'adressait ainsi à sa base électorale, qui a été durement ébranlée par les scandales de la chambre haute. Ces affaires ont coûté aux conservateurs trois sénateurs, qui siègent désormais comme indépendants.

Le dossier a été alourdi par l'ouverture d'enquêtes policières, et l'affaire ne semble pas vouloir se dégonfler.

Le chef du gouvernement a mis en garde contre une calamité économique si les conservateurs perdaient les élections en 2015, affirmant que l'opposition avait « des propositions de dépenses et de hausses de taxes tellement extrêmes que le pire budget européen paraîtrait solide en comparaison ».

L'armée, habituellement un symbole fort servant à galvaniser les conservateurs, n'a mérité qu'une brève allusion, dimanche, alors que la Défense a concédé que le récent achat de motoneiges pour les troupes serait le dernier pendant près d'une décennie.

De plus, les unités militaires qui accompliront des missions dans le Nord devront aussi se contenter de véhicules tout-terrain plus vieux et plus lourds remontant aux années 1980 qui, il y a encore quelques années, étaient destinés à la ferraille.

Les inquiétudes à propos du transport dans le Nord occupent une place importante dans des rapports publiés l'an dernier. Ceux-ci démontraient que, malgré le fait que l'Arctique était une priorité de longue date du gouvernement conservateur, l'armée n'avait pas suffisamment d'équipement d'hiver jusqu'à récemment, et manquait notablement de manteaux.

Une série de documents, obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, démontre que l'armée était préoccupée par la nécessité d'équiper ses soldats pour l'Arctique et par la mission qui lui avait été confiée par le gouvernement Harper, consistant à accroître la présence militaire dans le Nord.

Il existe un programme d'achat de moyens de transport sur neige, mais il n'est pas prévu d'effectuer de nouvelles acquisitions d'ici 2021-2022, a confirmé un porte-parole de la Défense.

Ce gel des dépenses est en vigueur malgré les ambitions militaires annoncées du gouvernement dans l'Arctique, et ses plans pour effectuer davantage d'exercices dans la région, notamment dans le nouveau centre de formation de Resolute Bay, au Nunavut.

Depuis des documents internes tirant la sonnette d'alarme sur le manque de motoneiges, en 2011, la Défense a remplacé 310 de ces véhicules, sur une flotte totale de 963, en plus d'acheter 310 petits véhicules tout-terrain.

De plus, les 47 véhicules tout-terrain BV-206 demeureront en service, et ce malgré un avis datant de 2009 indiquant que ces moyens de transport âgés ne devraient pas être utilisés, à l'exception de ceux servant à garder les installations olympiques de Vancouver.

Pendant sa visite de six jours en Arctique, le premier ministre s'arrêtera au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut et dans le Nord québécois.

La Presse Canadienne