NOUVELLES
18/08/2013 09:11 EDT | Actualisé 18/10/2013 05:12 EDT

Exécutions suspendues au Pakistan

Au Pakistan, le gouvernement a suspendu temporairement toutes les exécutions de condamnés à mort, une semaine avant la mise à mort prévue de plusieurs présumés militants d'Al Qaïda.

Le ministre de l'Information a indiqué dimanche qu'aucune exécution n'aurait lieu tant que le président Asil Ali Zardari et le premier ministre Nawaz Sharif n'auraient pas tenu des discussions à ce sujet. La suspension de la peine de mort durera au moins trois mois.

Le président Zardari, qui est actuellement en déplacement à l'étranger, s'oppose à la peine de mort. Toutefois, son mandat prend fin le 8 septembre.

Le Pakistan devait mener ses premières exécutions la semaine prochaine, après une pause de cinq ans décrétée par le précédent gouvernement. Le moratoire imposé en 2008 et qui prenait fin en juin n'a pas été renouvelé par le premier ministre Sharif, qui souhaitait démontrer sa détermination d'endiguer la montée de la violence dans le pays.

La semaine dernière, des documents menaçant le gouvernement de représailles si des représentants talibans étaient exécutés ont été distribués dans des zones tribales semi-autonomes, situées au nord-ouest du Pakistan, près de l'Afghanistan.

Notons que malgré le moratoire en vigueur, un soldat reconnu coupable de meurtre, mais par un tribunal militaire, a été mis à mort par pendaison l'automne dernier.

Amnistie internationale affirme que plus de 8000 prisonniers sont en attente dans les couloirs de la mort. La plupart d'entre eux auraient épuisé les procédures d'appel et pourraient être exécutés.