NOUVELLES
18/08/2013 11:47 EDT | Actualisé 18/10/2013 05:12 EDT

Enfin la couleur d'une médaille pour le relais

Le mot rédemption peut être sur les lèvres des sprinteurs canadiens du relais 4 x 100 m.

Gavin Smeillie, Aaron Brown, Dontae Richards-Kwok et Justyn Warner ont finalement escaladé le podium du stade Loujniki  aux Championnats du monde d'athlétisme, à Moscou, dimanche.

D'abord relégués au 4e échelon par un dixième de seconde, les Canadiens (37,92 s) ont profité de la disqualification des Britanniques pour festoyer avec une médaille de bronze au cou.

Les représentants de l'unifolié voient un retour d'ascenseur après leur disqualification en finale des Jeux olympiques de Londres alors qu'ils célébraient déjà leur médaille de bronze, drapeaux sur les épaules. en 2012, Jared Connaugton avait touché la ligne intérieure de son couloir.

Les Jamaïcains d'Usain Bolt (37,36 s) ont grimpé sur la plus haute marche alors que les Américains de Justin Gatlin (37,66 s) ont mis la main sur l'argent.

Les femmes, toujours au relais, ont pris la 7e position dans une course gagnée par les Jamaïcaines (41,29 s).

Même si les Canadiennes (43,28 s) n'ont pas mis un pied sur le podium, elles ont redonné des lettres de noblesse au relais féminin. C'est la première fois depuis les mondiaux de 1999 en Espagne que les femmes mettaient les pieds dans la finale du relais.

Histoire du relais

Les Canadiennes n'ont fait aucune demi-mesure pour se qualifier en finale. Elles ont pulvérisé le record canadien datant de 1976 en arrêtant le chronomètre sous la barre des 43 s. Elles ont réalisé un temps de 42,99 s.

À l'époque, Carol Howe, Patty Loverock, Joanne McTaggart et Marg Bailey avaient couru le relais en 43,17 s.

Crystal Emmanuel, Kim Hyacinthe, Shai-Anne Davis, Khamica Bingham ont pris le deuxième échelon de leur vague grâce à la disqualification des coureuses des Bahamas. Elles ont fait le huitième chronomètre des trois vagues.

Les Américaines (41,82 s) ont obtenu le meilleur temps des qualifications.

Les hommes ont emprunté le sillon laissé par leurs compatriotes féminines en demi-finales. Ils ont pris le 2e rang de la troisième vague avec un temps de 38,29 s.

« C'était une course sécuritaire. C'était juste assez pour se qualifier en finale » , a mentionné Justyn Warner.

La Jamaïque d'Usain Bolt (38,17 s), équipe championne olympique, a fait le quatrième chronomètre alors que les États-Unis (38,06 s) ont été les plus rapides.

Brannen 10e, un Kényan champion

En finale du 1500 m, Nate Brannen s'est glissé sur le 10e échelon avec un temps de 3 min 38 s 9 /100. Dans les demi-finales le 16 août, il avait réalisé sa meilleure performance de la saison grâce à un chronomètre de 3:36,59.

« Je suis dérouté, j'y allais pour une médaille. J'ai été coincé à l'arrière, a expliqué Brannen. Je suis en forme. J'ai eu une meilleure performance de la saison, peut-être proche d'un record canadien. Je vais continuer à courir cette saison ».

Le record canadien est détenu depuis 2000 par Kevin Sullivan (3:31,71).

Le Kényan Asbel Kiprop (3:36,28) a conservé son titre.