NOUVELLES
17/08/2013 03:35 EDT | Actualisé 17/10/2013 05:12 EDT

Syrie: un leader libanais accuse le Hezbollah d'entraîner le pays dans la guerre

BEYROUTH - L'un des plus puissants politiciens sunnites du Liban, l'ancien premier ministre Saad Hariri, a accusé samedi le chef du groupe militant chiite Hezbollah d'entraîner davantage le pays dans la guerre civile syrienne.

Ces commentaires de M. Hariri surviennent deux jours après qu'un attentat à la voiture piégée eut frappé un quartier sous contrôle du Hezbollah dans le sud de Beyrouth. Plusieurs personnes estiment que l'explosion est un acte de vengeance pour le soutien armé fourni par le Hezbollah au président syrien Bachar el-Assad.

Jeudi, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a blâmé des extrémistes sunnites pour l'explosion, et s'est dit prêt à doubler le nombre de combattants de son groupe en Syrie si l'attentat était lié au conflit.

Sur son compte Twitter, M. Hariri a martelé que le discours de M. Nasrallah «plongeait davantage le Liban dans le feu syrien», et qu'il était déplorable que «le sang libanais soit répandu de cette façon».