NOUVELLES
17/08/2013 06:39 EDT | Actualisé 17/10/2013 05:12 EDT

Crise au Sénat : le rapport Ferguson attendu pour 2015

L'audit des dépenses de tous les sénateurs canadien que doit entreprendre le vérificateur général du Canada, Michael Ferguson, devrait prendre 18 mois, ce qui veut dire que ses conclusions pourraient être rendues publiques en pleine année électorale.

M. Ferguson a confirmé vendredi par voie de communiqué sa volonté « d'entreprendre un audit exhaustif du Sénat du Canada », prévenant que son travail de préparation n'était pas encore terminé, mais que son équipe devrait amorcer son travail sous peu.

« Il faut généralement 18 mois pour mener à bien un audit de performance », écrit M. Ferguson, précisant avoir l'intention de mener cet audit selon les « méthodes d'audit de performance établies » malgré l'empressement souhaité par certains pour faire la lumière sur les faits reprochés à plusieurs sénateurs blâmés au cours des derniers mis, comme Pamela Wallin, Mike Duffy, Mac Harb et Patrick Brazeau.

Les prochaines élections fédérales doivent avoir lieu en 2015. Le rapport de M. Ferguson pourrait donc être publié peu de temps avant le scrutin, peut-être même en pleine campagne électorale.

Le vérificateur général, qui avait lui-même sonné l'alarme l'été dernier, a obtenu un mandat du Sénat en juin dernier afin qu'il mène une « enquête exhaustive » sur les dépenses de ses membres, y compris les frais de voyage et les dépenses de fonctionnement des bureaux. Sa demande a été acceptée jeudi par le Comité permanent de la Régie interne, des budgets et de l'administration.

M. Ferguson affirme qu'entre-temps, il ne fera aucune autre déclaration publique sur le sujet, « autrement que pour en présenter les constatations quand en viendra le temps. »

La Gendarmerie royale du Canada mène également une enquête sur les allocations de dépenses des sénateurs Wallin, Duffy, Harb et Brazeau, qui ont tous quitté leur caucus respectif dans la foulée de ce scandale.

Cette semaine, le Comité permanent de la Régie interne a exigé de l'ex-conservatrice Pamela Wallin le remboursement de 121 348 $ en allocations de dépenses injustifiés sur la foi d'un rapport de la firme comptable Deloitte.