NOUVELLES
16/08/2013 10:10 EDT | Actualisé 16/10/2013 05:12 EDT

Une patiente qui a reçu une mastectomie par erreur se confie

Sharon Fisher, une sexagénaire d'Halifax en Nouvelle-Écosse, a reçu tout un choc en apprenant qu'elle n'aurait pas dû recevoir sa mastectomie.

« J'ai travaillé dans le domaine de la santé, j'ai travaillé dans les hôpitaux, alors je sais ce que sont les erreurs médicales, dit-elle. Quand on m'a dit que les dossiers avaient été échangés par erreur, je ne pouvais tout simplement pas comprendre comment ça a pu arriver », a confié Mme Fisher en entrevue avec CBC/Radio-Canada.

La régie de santé de la Capitale a admis lundi avoir commis deux erreurs médicales qui ont touché quatre patients, dont Mme Fisher.

Sharon Fisher a reçu une mastectomie dont elle n'avait pas besoin, après que des dossiers aient été échangés par erreur. Pour sa part, l'autre patiente, à qui était destinée la mastectomie, croyait devoir subir une chirurgie, selon les résultats erronés des analyses de tissus. La date de la chirurgie n'avait toutefois pas encore été déterminée au moment où l'erreur a été constatée.

La patiente a été avisée par la chirurgienne qui a pratiqué la mastectomie qu'une erreur grave s'était produite. « Elle se sentait mal, dit-elle. Elle a dit : "la bonne nouvelle, c'est que vous n'avez pas le cancer. La mauvaise nouvelle, c'est que vous avez perdu votre sein." Alors, j'étais sous le choc, une fois de plus. »

Mme Fisher explique que son fils, comme toute sa famille, n'a d'abord pas cru que ce qu'elle lui annonçait était vrai. « Je ne peux pas vous expliquer quelle a été sa réaction. Quand on le dit à n'importe qui, ma famille, mes amis, c'est la même réaction. Ils ne peuvent simplement pas le croire. »

Interrogée sur son état de santé, elle répond : « Ça a cicatrisé, ce n'est pas une belle cicatrice, mais physiquement, je vais bien. »

La patiente va intenter une poursuite contre la régie de la santé.

Un registre provincial des erreurs médicales

Le ministre de la Santé de la Nouvelle-Écosse promet un nouveau registre des erreurs médicales pour l'ensemble de la province, pour éviter que des patients n'aient à subir des incidents pareils.

Le ministre Dave Wilson espère qu'un registre temporaire sera en vigueur cet automne, pour ensuite faire place au registre permanent l'an prochain. Il affirme que la planification d'un tel projet a lieu depuis environ un an.

À l'heure actuelle, les régies de la santé recensent elles-mêmes les erreurs médicales commises. Il n'existe pas, cependant, de registre commun pour la province.

Dave Wilson espère que ce nouveau système pourra permettre aux autorités médicales d'apprendre des erreurs de leurs collègues.