NOUVELLES
16/08/2013 05:36 EDT | Actualisé 16/10/2013 05:12 EDT

La NSA a violé les règles de confidentialité des milliers de fois

WASHINGTON - L'agence américaine de sécurité nationale (NSA) a violé des règles de confidentialité ou outrepassé son autorité à des milliers de reprises depuis que le Congrès lui a accordé une série de nouveaux pouvoirs en 2008.

Dans la plupart des cas, la NSA avait dans sa mire des citoyens américains ou des agents de renseignement étrangers qui se trouvaient aux États-Unis — ce qui est interdit par la loi —, apprend-on dans des documents coulés par l'ancien analyste de la NSA Edward Snowden.

Ces nouvelles révélations ont été publiées pour la première fois jeudi dans le «Washington Post».

Les violations dont font état les documents publiés par M. Snowden ont parfois été commises de façon délibérée, mais elles relèvent aussi parfois de simples erreurs techniques.

Par exemple, des appels faits à partir de Washington ont été interceptés puisque l'indicatif régional de la ville a été confondu avec celui de certaines villes égyptiennes.

Il s'agit là des plus récentes révélations à faire surface dans les médias, qui publient des informations leur ayant été fournies par Edward Snowden.

L'ancien analyste de la NSA a fui les États-Unis pour se réfugier en Russie, où il a obtenu l'asile temporaire.

Selon les informations publiées par le «Washington Post», des communications protégées en vertu de la loi ont été illégalement obtenues, stockées et distribuées à 2776 reprises en l'espace de 12 mois.

La plupart du temps, il s'agissait de gestes involontaires, mais plusieurs interceptions étaient attribuables à des erreurs, à un manque de vigilance ou aux violations des procédures en vigueur.

Et dans le plus sérieux des incidents, l'agence a violé un ordre de la cour et a utilisé illégalement les données de plus de 3000 citoyens américains ou détenteurs d'une carte verte.

La Maison-Blanche a refusé, vendredi, de commenter ces nouvelles révélations. Les questions ont été référées au Conseil sur la sécurité nationale, qui les a ensuite dirigées à la NSA.