NOUVELLES
15/08/2013 04:27 EDT | Actualisé 15/10/2013 05:12 EDT

Le clan Stiverne est à bout de patience dans le dossier Klitschko

MONTRÉAL - Après avoir livré deux combats éliminatoires pour devenir l'aspirant obligatoire au titre des lourds du WBC que détient Vitali Klitschko, le clan de Bermane Stiverne vient de voir l'organisme mondial accorder un quatrième délai à l'Ukrainien avant de mettre sa ceinture en jeu et il est à bout de patience.

Camille Estephan, le président de Eye of the Tiger Management (EOTTM), qui gère la carrière de Stiverne (23-1-1, 20 K.-O.) a haussé le ton dans ses dernières discussions avec le WBC et son président, Jose Sulaiman. Estephan n'exige rien de moins que le boxeur montréalais d'origine haïtienne soit déclaré champion.

«Ça manque de sérieux tout ça, a-t-il déclaré au cours d'un entretien téléphonique qu'il a accordé à La Presse Canadienne. On n'accepte tout simplement pas cette situation. Je comprends que Klitschko a été un champion pendant longtemps, mais un champion doit défendre son titre dans le ring. Sa dernière défense obligatoire, ça remonte à deux ans.

«Étant donné toutes les démarches par lesquelles nous avons dû passer — les combats éliminatoires, les appels d'offres repoussés, etc. — nous demandons à la WBC d'agir comme ils l'ont fait par le passé et de remettre le titre de champion du monde à Bermane, parce qu'il le mérite.»

Estephan, qui a confiance que le WBC fera preuve de bon sens dans ce dossier, estime que l'organisme ne manque pas de précédents pour donner le titre à son poulain. Il cite notamment les cas de Samuel Peter, Ken Norton et Lennox Lewis.

«Dans le cas de Sam Peter, c'est vraiment la même chose qui nous arrive: il avait gagné deux combats éliminatoires (contre James Toney, en 2007). Comme Oleg Maskayev n'était pas capable de se battre, il lui ont donné le titre.»

Le WBC avait par la suite imposé un adversaire à Peter, puisqu'il n'avait pas gagné son titre dans le ring. Stiverne et EOTTM sont prêts à accepter les mêmes conditions.

Il ajoute que Sulaiman, qui a promis de ne jamais retirer le titre à Klitschko (45-2, 41 K.-O.) «pour services rendus», pourrait aussi octroyer le titre de champion émérite à l'Ukrainien, comme l'organisme l'a déjà fait avec Andre Ward et Sergio Martinez.

«On a espoir qu'ils vont agir de la bonne manière», a laissé tomber Estephan.

Les gouverneurs du WBC devront voter pour ou contre la demande d'EOTTM, mais Estephan ne savait pas, au moment d'écrire ces lignes, quand ce vote aurait lieu.

«On assure le suivi. Ils ont déjà eu une lettre officielle de la part de notre avocate qui dit qu'on s'attend à ce qu'ils respectent leurs règles.»

Stiverne, très frustré par cette situation, ne s'est pas battu depuis qu'il a remporté son deuxième combat éliminatoire, face à Chris Arreola, en avril dernier.

«C'est frustrant, mais j'ai confiance que Camille saura régler ce dossier, a dit le boxeur de 34 ans, qui se trouvait en Floride. Tout ce que je peux faire, c'est de me garder prêt à livrer le plus important combat de ma carrière.

«Mais en même temps, je me demande à quoi bon avoir des règlements si on ne les suit pas.»

Klitschko a demandé — et obtenu — un délai jusqu'en 2014 avant de défendre son titre. Il s'agit du quatrième report que l'Ukrainien obtient. Incapables de s'entendre, les deux clans ont dû avoir recours à un appel d'offres pour l'organisation du combat. Par trois fois, cet appel d'offres a été reporté.

Très impliqué politiquement, Klitschko, qui est âgé de 42 ans, a clairement indiqué par le passé qu'il allait tenter de défendre son titre une 10e fois face à Stiverne, qui est maintenant établi à Las Vegas. Cette affirmation ne semble plus aussi sûre.