NOUVELLES
15/08/2013 03:16 EDT | Actualisé 14/10/2013 05:12 EDT

Keïta officiellement élu président du Mali

C'est officiel, Ibrahim Boubacar Keïta sera le prochain président du Mali. L'ancien premier ministre a obtenu 77,61 % des voix au second tour de la présidentielle, dimanche, devançant facilement son rival, Soumaïla Cissé, qui avait déjà reconnu sa défaite.

Selon les résultats officiels proclamés jeudi par le ministre malien de l'Administration du territoire, la participation s'est élevée à 45,78 %, contre 49 % au premier tour du 28 juillet, un record.

Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK, aura la lourde tâche de réconcilier un pays divisé et affaibli par 18 mois de crise politique et militaire, marquée par une offensive de rebelles touaregs dans le nord, un coup d'État mené contre le président Amadou Toumani Touré, l'occupation d'une partie du nord par des groupes djihadistes et une intervention militaire de la France pour les déloger.

L'absence de contestation de la part de Soumaïla Cissé devrait lui conférer l'autorité suffisante pour engager ces discussions sur la préservation de l'unité du Mali, réformer l'armée et s'attaquer à une corruption jugée endémique dans les cercles du pouvoir.

La communauté internationale soulagée

Le nouveau président malien pourra compter sur l'aide de la France et de la communauté internationale pour mener à bien ses réformes. L'élection démocratique devrait entraîner le déblocage d'une aide internationale de 4 milliards de dollars.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit satisfait du « bon déroulement » de l'élection présidentielle au Mali et a réitéré l'engagement des Nations unies à aider le Mali à retrouver sa stabilité, a indiqué jeudi son porte-parole, Martin Nesirky.

Il a rendu hommage au perdant, Soumaïla Cissé, dont il « salue l'attachement aux principes démocratiques ».

« M. Ban réitère l'engagement des Nations unies à accompagner le Mali dans la prochaine phase du processus de stabilisation et de consolidation de la paix, y compris en appuyant le dialogue inclusif et la réconciliation et l'organisation des élections législatives », poursuit le communiqué de l'ONU. L'Assemblée nationale a été renouvelée pour la dernière fois en 2007.

À Paris, le président français François Hollande a assuré jeudi que « l'ample victoire d'Ibrahim Boubacar Keïta » à la présidentielle malienne, proclamée officiellement, lui donnait « la légitimité nécessaire » pour redresser le pays.

L'Élysée avait fait savoir dès lundi que le président français se rendrait à Bamako pour l'investiture d'Ibrahim Boubacar Keïta, prévue en septembre.

La crise malienne