NOUVELLES
14/08/2013 04:56 EDT | Actualisé 13/10/2013 05:12 EDT

Python au N.-B. : Reptile Océan n'avait pas demandé de permis

Non seulement l'entreprise Reptile Océan n'avait pas de permis pour exploiter une animalerie à Campbellton, mais elle n'en avait pas non plus fait la demande, selon les informations de CBC.

Le directeur de la Société protectrice des animaux, Hilary Howes, indique que Reptile Océan n'a pas communiqué avec la SPCA pour obtenir un permis d'exploitation pour une animalerie.

C'est à l'entreprise de faire les démarches pour un obtenir un permis d'exploitation, explique-t-il, en comparant cette procédure avec les démarches nécessaires pour obtenir un permis de conduire. « Nous ne sortons pas chercher les gens qui n'ont pas de permis pour leur demander s'ils en veulent un », précise-t-il.

Une demande de permis pour une animalerie aurait automatiquement entraîné une visite d'un inspecteur de la SPCA, ce qui n'a pas été fait. Lors de leurs visites, les inspecteurs de la SPCA signalent automatiquement au ministère des Ressources naturelles la présence d'animaux exotiques dans le commerce.

Selon un document dont Radio-Canada a obtenu copie, l'entreprise Reptile Océan est toutefois enregistrée en bonne et due forme auprès de la province du Nouveau-Brunswick. Dans la case « Description de l'activité de l'entreprise », il est indiqué « Pet Store », ou « animalerie » en français.

Le commerce est situé au-dessous de l'appartement où deux jeunes garçons auraient été tués par un serpent la semaine dernière.

La semaine dernière, le ministère a saisi 27 animaux exotiques pour lesquels Reptile Océan ne possédait pas d'autorisation.

Un ventilateur manquant aurait permis au python de s'échapper

Le python qui aurait causé la mort des deux enfants se serait échappé de son vivarium en raison d'une erreur humaine, selon un ancien employé de Reptile Océan.

Tim Thomas a laissé entendre que le ventilateur du vivarium avait été enlevé parce qu'il ne fonctionnait plus. Selon lui, l'ouverture du ventilateur n'avait probablement pas été couverte. Le python aurait alors pu circuler, dit-il, par le biais du ventilateur manquant.

Noah Barthe, quatre ans, et son frère, six ans, auraient été tués par un python de seba dans un appartement au-dessus de l'animalerie Reptile Océan. Les deux frères passaient la nuit chez le fils du propriétaire du commerce. Leurs corps ont été découverts sans vie le 5 août.

Les résultats préliminaires de l'autopsie ont démontré que les deux enfants sont morts par asphyxie.

La GRC a confirmé la semaine dernière que le python était enfermé dans l'appartement où dormaient les victimes. Le reptile se serait échappé de sa cage de verre pendant la nuit de dimanche à lundi, par un orifice relié au système de ventilation. Il se serait déplacé dans le système pour ensuite se rendre au-dessus du salon où dormaient les deux garçons. Une conduite aurait alors cédé sous le poids du reptile.

L'avocat représentant Jean-Claude Savoie, propriétaire de l'animalerie, a indiqué que le retrait du ventilateur était « au cœur du problème ». Leslie Matchim a cependant refusé d'en dire davantage.

L'ancien employé Tim Thomas affirme avoir travaillé pour Reptile Océan pendant 13 années, au cours desquelles il s'est occupé du python à plusieurs reprises.

Il a décrit le serpent comme « malveillant ».