NOUVELLES
14/08/2013 07:57 EDT | Actualisé 14/10/2013 05:12 EDT

Mexique: des citoyens s'allient avec un cartel contre la police fédérale

MEXICO - Un groupe de fermiers et d'hommes d'affaires de l'État mexicain du Michoacan demande au gouvernement du Mexique de ne plus envoyer de policiers fédéraux pour lutter contre le cartel local.

Même si le regroupement nie tout lien avec les Chevaliers templiers, la conférence de presse qu'il a donnée à Mexico mercredi coïncide avec la publication ce week-end sur les médias sociaux d'une vidéo dans laquelle le leader du cartel fustige la police fédérale mexicaine.

Le groupe, baptisé «Paix et dignité pour le Michoacan», et les Chevaliers dénoncent également les milices citoyennes mises sur pied par les habitants de plusieurs villes de l'État pour se défendre contre les narcotrafiquants.

Ces milices soutiennent que les membres du cartel extorquent de l'argent aux résidants en échange de leur protection. Paix et dignité pour le Michoacan affirme toutefois que ces «paiements» n'ont été imposés qu'à certaines personnes, dont les propriétaires des grandes plantations d'avocats de la région.

Nicolas Aguilar, l'un des fermiers du regroupement, a raconté que les cultivateurs d'avocats étaient souvent la cible de voleurs et que, depuis qu'ils payaient le cartel, les vols avaient cessé.

Paix et dignité pour le Michoacan a aussi accusé les policiers fédéraux d'harceler les femmes et de faire peur aux touristes alors que le chef des Chevaliers, Servando «La Tuta» Gomez, a affirmé dans la vidéo que les agents étaient corrompus et à la solde du cartel rival de Jalisco.

Le président mexicain Enrique Pena Nieto a dépêché des milliers de policiers fédéraux dans l'État du Michoacan en mai afin de mettre fin aux affrontements entre les Chevaliers et les milices.