NOUVELLES
14/08/2013 07:13 EDT | Actualisé 14/10/2013 05:12 EDT

Metro exploitera les pharmacies Brunet chez le détaillant américain Target

MONTRÉAL - L'épicier Metro (TSX:MRU) riposte aux récentes acquisitions dans le secteur des pharmacies grâce à un partenariat avec Target qui se traduira par l'apparition de sa bannière Brunet dans les magasins du détaillant américain au Québec.

Le géant québécois du commerce de détail en a fait l'annonce, mercredi, en dévoilant ses résultats du troisième trimestre. Vingt-cinq succursales de Target doivent ouvrir leurs portes au Québec dès l'automne, et, à compter du printemps 2014, 18 pharmacies Brunet commenceront à faire leur apparition dans ces magasins.

McMahon Distributeurs pharmaceutique, filiale de Metro et franchiseur de l'enseigne Brunet, conclura des ententes avec les pharmaciens-propriétaires qui détiendront et exploiteront les pharmacies situées dans les magasins Target.

Les pharmacies en magasin offriront les produits des marques exclusives de Target, en plus de médicaments d'ordonnance, de produits pharmaceutiques et de services de consultation.

Les dirigeants de Metro n'ont cependant pas confirmé si les pharmacies Brunet seraient présentes dans les sept autres magasins Target qui doivent ouvrir leurs portes dans la province.

L'ouverture de ces 18 nouvelles pharmacies fera passer à 168 le nombre de magasins Brunet au Québec en plus de quasiment doubler sa présence dans la grande région de Montréal.

Ce partenariat survient un mois après que Loblaw (TSX:L) eut annoncé son intention d'acquérir Shoppers Drug Mart (TSX:SC), qui exploite les Pharmaprix au Québec, pour 12,4 milliards $ et deux mois après que Sobey's (TSX:EMP.A), derrière l'enseigne IGA, eut annoncé son rachat de Safeway Canada.

Metro voulait ainsi accentuer sa présence dans le secteur pharmaceutique, a expliqué son président et chef de la direction Éric La Flèche, à l'occasion d'une conférence téléphonique.

«Nous avons des plans pour ce secteur, a-t-il affirmé. Nous avions déjà dit dans le passé que nous étions intéressés, surtout dans la province de Québec.»

M. La Flèche ne s'est pas caché lorsqu'il a été questionné à savoir si le géant québécois du commerce de détail pourrait bouger de nouveau dans le secteur des pharmacies. «Si une occasion se présente, c'est certain que nous serons intéressés et attentifs», a-t-il dit.

Réorganisation ontarienne

Par ailleurs, Metro a également annoncé qu'elle comptait réorganiser en profondeur ses activités en Ontario, une décision qui devrait encourir des frais estimés à 40 millions $ au cours du prochain trimestre.

Certains supermarchés Metro devraient notamment être convertis en bannière Food Basics. Il y aura également des rachats de conventions collectives, des offres de préretraite à certains employés et la fermeture de quelques magasins.

Selon le détaillant, entre un et trois établissements pourraient être appelés à fermer leurs portes. Le pdg de Metro a évoqué la féroce concurrence en Ontario pour expliquer cette réorganisation.

Un tel scénario ne semble toutefois pas dans les plans de l'entreprise au Québec. «Nous sommes en bonne position (au Québec) et satisfaits de notre performance, a commenté M. La Flèche. L'impact de la concurrence est là, mais nous sommes confiants de pouvoir continuer à croître.»

Ce dernier a notamment fait allusion à l'ouverture des Supercentre Wal-Mart en sol québécois, qui offrent une épicerie complète en plus de la marchandise normalement disponible dans les Wal-Mart.

Quant aux résultats financiers, le bénéfice net de Metro au troisième trimestre s'est établi à 149,8 millions, comparativement à 144,4 millions $ pour le trimestre correspondant de 2012. Il s'agit d'une augmentation de 3,7 pour cent.

Le bénéfice net par action a été de 1,55 $ pour le trimestre clos le 6 juillet, par rapport à 1,43 $ l'an passé, en hausse de 8,4 pour cent.

Les ventes de l'épicier ont glissé de 0,7 pour cent à 3,57 milliards $, après s'être chiffrées à 3,6 milliards $ l'an dernier.

Le bénéfice ajusté des activités poursuivies s'est chiffré à 1,55 $ par action, comparativement à 1,46 $ par action pour la même période l'an dernier.

Les résultats du troisième trimestre se sont avérés conformes aux estimations des analystes interrogés par Thomson Reuters.

Le programme de rachat d'actions de Metro, qui se termine le 9 septembre, devrait également être renouvelé, selon l'entreprise.

L'action de Metro a cédé mercredi 2,65 $, soit 3,7 pour cent, pour clôturer à 69,30 $ à la Bourse de Toronto.