NOUVELLES
14/08/2013 02:53 EDT | Actualisé 13/10/2013 05:12 EDT

Mali : l'auteur du coup d'État promu général

À peine installé à la tête du pays, le nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keïta a promu le putschiste Amadou Sanogo du rang de capitaine à celui de général.

Le capitaine Sanogo avait renversé en mars 2012 le président élu Amadou Toumani Touré. Ce coup d'État avait entraîné le Mali dans le chaos, différents groupes djihadistes et rebelles touaregs prenant alors le contrôle du nord du pays.

L'auteur du putsch avait justifié son action par l'incapacité d'un État corrompu à mettre un terme à la progression des groupes armés.

Après la nomination d'un gouvernement de transition, le capitaine Sanogo a été désigné à la tête d'une structure chargée de réformer l'armée, en février dernier.

« Une honte »

Un autre gradé de l'ancienne junte militaire, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, a également été promu général.

« Cette nomination est une honte », a réagi Corinne Dufka, qui enquête sur les violations des droits de l'homme commises par les putschistes pour Human Rights Watch (HRW).

« Au lieu d'être récompensé pour son comportement, Sanogo aurait dû faire l'objet d'une enquête pour son implication dans les graves abus commis pendant les 18 derniers mois, dont des détentions arbitraires, des actes de torture et des disparitions », a-t-elle déclaré.

En juillet 2012, HRW avait affirmé qu'au moins 20 soldats fidèles au président renversé Amadou Toumani Touré avaient disparu et que « des actes de torture et autres exactions » avaient été commises par les hommes de Sanogo « à l'encontre de dizaines d'autres soldats ».