NOUVELLES
14/08/2013 07:41 EDT | Actualisé 14/10/2013 05:12 EDT

Ivanhoé Cambridge achète la participation de 50% de AIMCo dans Place Ville Marie

MONTRÉAL - Ivanhoé Cambridge a signé une entente qui la verra racheter la participation de 50 pour cent qu'elle ne détient pas dans Place Ville Marie, à Montréal. L'entente avec son partenaire Alberta Investment Management (AIMCO) est évaluée à plus de 400 millions $.

La branche immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec a en outre fait savoir mercredi son intention d'investir plus de 100 millions $ dans un programme de revitalisation pour le célèbre édifice du centre-ville montréalais.

L'entente est assujettie à l'approbation du Bureau de la concurrence. Une fois la transaction approuvée et finalisée, Ivanhoé Cambridge deviendra le seul propriétaire du complexe immobilier.

Place Ville Marie, qui compte cinq tours et une galerie marchande, est directement reliée au métro de Montréal et au réseau piétonnier souterrain de la ville.

«Nous sommes très heureux de saisir cette nouvelle occasion; cet investissement important dans la métropole servira d'ancrage au plan d'ensemble que nous mettrons en œuvre cet automne», a déclaré dans un communiqué le président et chef de la direction d'Ivanhoé Cambridge, Daniel Fournier.

«Place Ville Marie est bien plus qu'un édifice, c'est le coeur même du marché immobilier montréalais et plus que jamais la pierre angulaire de notre portefeuille d'immeubles à Montréal.»

AIMCO avait indiqué en avril qu'elle cherchait à vendre sa participation dans le complexe d'affaires. Elle était arrivée à cette conclusion à la suite d'une révision régulière de ses actifs.

Conçu en 1962 par I.M. Pei — à qui on doit aussi la pyramide du musée du Louvres, à Paris — et Henry Cobb, le complexe Place Ville Marie est surtout connu pour sa tour cruciforme, laquelle, avec ses 188 mètres, est la plus haute du genre au pays.

La société immobilière Ivanhoé Cambridge, par l'entremise de ses filiales, compte des actifs répartis dans plus de 20 pays, dont la valeur dépassait le cap des 35 milliards $ au 31 décembre 2012.