NOUVELLES
13/08/2013 07:22 EDT | Actualisé 13/10/2013 05:12 EDT

Israël autorise la construction de 942 logements à Jérusalem-Est

La municipalité israélienne de Jérusalem approuve la construction de centaines de nouveaux logements dans le quartier de Gilo à Jérusalem-Est à la veille de la reprise des négociations israélo-palestiniennes.

« La colonisation menace de provoquer l'effondrement des négociations avant même qu'elles débutent », a déclaré Yasser Abed Rabbo , un haut responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

« C'est une décision terrible qui relève de la provocation envers les Palestiniens, les Américains et le monde entier qui s'opposent tous à la poursuite de la colonisation », a estimé Yossef Pepe Alalu, maire adjoint de Jérusalem et conseiller municipal au nom de l'opposition de gauche.

Cette annonce s'ajoute à une autre annonce dimanche du gouvernement israélien pour la construction de près de 1200 logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Le secrétaire d'État américain John Kerry avait appelé lundi soir les Palestiniens à « ne pas réagir négativement » et insisté sur l'importance de « retourner vite à la table » des négociations.

Le chef de la diplomatie américaine a rappelé que les États-Unis « considèrent comme illégitimes toutes les implantations » israéliennes en territoire palestinien. Il a également indiqué qu'il s'était entretenu lundi avec le premier ministre Benyamin Nétanyahou pour lui réitérer cette position « de façon très claire ».

Libération de prisonniers dans la nuit de mercredi

Dimanche, Israël a approuvé la libération de 26 prisonniers palestiniens dans le cadre d'un accord sur la relance des négociations de paix.

Il s'agit d'un premier contingent de quatre groupes totalisant 104 prisonniers devant être libérés progressivement en fonction de l'avancée des négociations.

Danièle Kriegel, collaboratrice de Radio-Canada à Jérusalem, précise que les 26 premiers prisonniers seront libérés dans la nuit de mardi à mercredi. Le gouvernement israélien voudrait éviter la diffusion de ces images en Israël, des images de célébrations, en Cisjordanie comme à Gaza.

Une majorité de ces détenus viennent du Fatah, le parti du président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas, trois membres du Front populaire, deux du Hamas et un du Jihad islamique.

Une quinzaine d'entre eux, considérés comme dangereux par les autorités israéliennes, seront envoyés à Gaza alors que les autres seront dirigés vers la Cisjordanie.

Ces libérations sont extrêmement importantes, estime le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat.

La plupart d'entre eux avaient été arrêtés pour le meurtre d'Israéliens ou de Palestiniens soupçonnés de collusion avec Israël.

Le président Mahmoud Abbas a fait de la libération de ces détenus, emprisonnés avant les accords de paix intérimaires d'Oslo en 1993, une condition pour la relance des discussions bilatérales, qui ont repris le 30 juillet à Washington.