VIDEO
13/08/2013 04:36 EDT | Actualisé 12/10/2013 05:12 EDT

Constats inquiétants sur la contamination à Lac-Mégantic

Du métal toxique d'arsenic et des niveaux anormalement élevés d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), qui sont potentiellement cancérigènes, contaminent la région de Lac-Mégantic, selon des analyses effectuées par la Société pour vaincre la pollution (SVP), en collaboration avec Greenpeace Canada.

Radio-Canada et La Presse Canadienne ont pu consulter les résultats d'une première ronde d'analyses que la SVP a menées à partir d'échantillons prélevés le long de la rivière Chaudière, de même que dans le village de Frontenac. Les analyses ont été confiées au laboratoire indépendant AGAT, accrédité par Québec.

La SVP et Greenpeace disent vouloir ainsi informer la population de Lac-Mégantic et des environs de « certaines des substances auxquelles elle a été, est, et sera encore exposée », après que le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP) eut « refusé de rendre publiques » les données qu'il possède sur la contamination à Lac-Mégantic.

Le cabinet du ministre du MDDEP, Yves-François Blanchet, a refusé de commenter les propos de la SVP et de Greenpeace.

À LIRE AUSSI : un expert en écotoxicologie apporte des nuances aux résultats présentés par la SVP

De l'arsenic et de la « mousse au chocolat »

Les échantillons prélevés révèlent la présence « du cocktail chimique » que la SVP et Greenpeace appréhendaient trouver dans le secteur après avoir aperçu, flottant sur les eaux, un mélange épais de pétrole et d'eau, semblable à « de la mousse au chocolat ». Il y avait également des filaments d'huile, et la flore bordant la rivière était aussi empreinte d'huile.

De fait, il y avait bel et bien du pétrole de schiste dans les 7,2 millions de litres de pétrole brut que transportait le train de la MMA, a pu conclure la SVP par la suite, à partir d'informations émanant du ministère. Or, selon la SVP, ce pétrole de schiste, extrait par la fracturation chimique, risque de contenir des substances toxiques telles que des acides, des solvants, des métaux et des fongicides, qui sont utilisées pour faciliter l'extraction et le transport du pétrole.

Résultats d'analyse de la SVP (passez votre curseur sur les points rouges) :

« La contamination n'est pas arrêtée [...], les efforts de décontamination devront être continus pendant des années. [...] Certains citoyens devront prendre des décisions, parfois déchirantes », estime le groupe environnementaliste.

La directrice de la SVP, Anne-Marie Saint-Cerny, avance même que des Méganticois ayant regagné leur domicile pourraient devoir le quitter de nouveau. « Les gens sentent des odeurs qui montent de leur sous-sol », dit-elle.

Les analyses ont été effectuées aux 6e et 7e jours suivant la tragédie, qui s'est produite dans la nuit du 5 au 6 juillet. Une démarche éprouvante : « C'était tellement lourd, émotivement, dans la région, qu'on avait l'impression de creuser une tombe, reconnaît Anne-Marie Saint-Cerny. Les secouristes n'avaient pas encore retrouvé les corps. »

L'ampleur de la contamination encore inconnue

Le village de Frontenac, situé à 5 km de Lac-Mégantic, « a été exposé aux retombées de suie provenant du panache de fumée » dégagé par l'incendie, affirme la SVP.

« À Frontenac, les gens nous arrêtaient dans la rue pour nous parler de leurs inquiétudes, relativement à l'état de leur potager par exemple », explique Anne-Marie Saint-Cerny. À des fins d'analyses, des citoyens ont sorti des poubelles des feuilles de rhubarbe souillées qu'ils avaient arrachées de leur potager endommagé.

« Nous avons analysé une feuille de rhubarbe, dit-elle, sur laquelle aucune HAP n'a été décelée. » Soulagement? Pas forcément, car « le spectre total des substances contaminantes, leurs transformations éventuelles au contact de l'air, de l'eau et de la chaleur lors de l'incendie est encore inconnu, de même que leurs effets », prévient la SVP.

*** Cliquez sur l'image pour voir le tableau complet

Les analyses menées par la SVP et par Greenpeace ne permettent pas d'évaluer l'ampleur de la contamination, puisque les deux groupes ont dû, faute de moyens, concentrer leurs recherches « sur les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et le métal toxique arsenic ».

Le groupe environnementaliste soutient que, s'il a les moyens de poursuivre les tests, il pourrait découvrir dans la région la présence de produits extrêmement toxiques, notamment du dioxyde de furane.

« Nous avons une toile de piscine pleine de suie que nous ont confiée des citoyens de Frontenac, affirme Anne-Marie Saint-Cerny. Nous cherchons à réunir les 900 $ nécessaires pour payer cette analyse. »

Des échantillons insuffisants, selon un professeur

Le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écotoxicologie marine, Émilien Pelletier, nuance toutefois la portée des résultats de la SVP, les qualifiant de « très fragmentaires ». « Il y a à peine quatre échantillons d'eau contaminés qui ont été analysés », explique-t-il, dont deux n'ont pas été analysés pour l'arsenic et la HAP.

Les conclusions de SVP apportent toutefois un élément nouveau, estime le professeur Pelletier, puisque le MDDEP n'a jamais fait mention de la présence d'arsenic dans les eaux contaminées. Même s'il considère comme plausible le lien entre arsenic et pétrole de schiste, il reste prudent. « Je le répète : il y a un seul échantillon » démontrant la présence de cette substance chimique, mais il souligne la « possibilité » de faire des analyses plus poussées.

La date à laquelle ont été prélevés les échantillons poserait aussi problème. « Ça rend [les résultats] un peu obsolètes au fond, parce que ça prendrait des données sur ce qui se passe maintenant », allègue-t-il.

Le diagnostic qu'il pose concernant la toxicité des HAP est lui aussi mitigé : « Les HAP sont connus pour être cancérigènes, mais dans les faits, il faut les boire, il faut les manger. » La situation a probablement changé depuis la prise d'échantillons, présume-t-il, puisque les HAP sont « biodégradables ».

Les environnementalistes comme Anne-Marie Saint-Cerny reprochent justement au ministère de ne pas informer les victimes. « Qu'ont-elles respiré, mangé et bu? Dans quel état est le sol sur lequel repose leur maison? » s'interroge Mme Saint-Cerny. Si une petite organisation comme la SVP parvient à mener quelques analyses à Lac-Mégantic, affirme-t-elle, le ministère devrait, lui, à ce jour, avoir une bonne idée des substances qui ont contaminé la région.

C'est aussi ce qu'Émilien Pelletier retient du message lancé par la SVP. « Le ministère devrait publier une analyse très exhaustive du pétrole qui a été déversé. Ça fait plus d'un mois alors ça devrait être fait », croit le professeur en océanographie.