NOUVELLES
12/08/2013 06:14 EDT | Actualisé 12/10/2013 05:12 EDT

Wallin: le rapport de vérification «erroné et injuste» mais elle rembousera

OTTAWA - La sénatrice Pamela Wallin affirme qu'une vérification indépendante sur près de quatre ans de réclamations de frais de déplacements est «fondamentalement erronée et injuste», mais elle assure qu'elle remboursera toute dépense non-justifiée et les intérêts.

Des sources affirment que le rapport de vérification recommande que l'ancienne conservatrice rembourse 121 000$ réclamés en frais de déplacements, et qu'un autre montant totalisant 21 000$ devrait être examiné de plus près.

«Lorsque j'ai été nommée au Sénat en 2009, j'étais déterminée à être une sénatrice active, qui considérait comme son travail de faire avancer les causes qui tiennent à coeur aux Canadiens», a affirmé Mme Wallin, lundi.

«Lorsque j'étais invitée à participer à des événements publics et à m'exprimer, (...) je considérais qu'il était de mon devoir d'accepter chaque fois que je le pouvais. Les déplacements à ces discours et apparitions publics étaient — et sont, selon ma vision des choses — une dépense sénatoriale légitime.»

Mme Wallin affirme que la firme comptable Deloitte, qui a procédé aux vérifications, a évalué la validité de réclamations passées en se basant sur des règlements sur les dépenses et déplacements des sénateurs adoptés plus récemment.

«Mon point de vie est que ce rapport est le résultat de procédés fondamentalement erronés et injustes», a-t-elle exposé.

«Deloitte a — à tort selon moi et l'opinion de mes avocats — appliqué rétroactivement les changements apportés en 2012 aux politiques sénatoriales de déplacements. Cela a pour résultat d'invalider un certain nombre de dépenses approuvées et payées par le Sénat, faites en 2009, 2010 et 2011», a-t-elle poursuivi.

Elle affirme qu'elle n'a jamais tenté délibérément de se faire rembourser des dépenses qu'elle ne croyait pas reliées aux affaires du Sénat.

La vérification a examiné chaque vol que Mme Wallin a pris sur une période de 1369 jours, du 1er janvier 2009 au 30 septembre 2012. Mme Wallin se déplaçait entre Ottawa et la Saskatchewan, la province qu'elle représente, en effectuant souvent une escale d'au moins une nuit à Toronto.

La sénatrice soutient qu'elle remboursera personnellement les montants réclamés, faisant vraisemblablement référence à l'histoire de son collègue Mike Duffy, dont les dépenses non-justifiées de 90 000$ ont été remboursées par l'ancien chef d'état-major de Stephen Harper, Nigel Wright.

Elle a aussi tenté de justifier des changements, rapportés par des journalistes, qui auraient été apportés rétroactivement à son calendrier Microsoft Outlook après que les vérifications eurent commencé. Elle a attribué ces changements à un procédé de formatage qui visait à coopérer à l'enquête, et non à lui nuire.

«En aucun moment ai-je tenté d'induire Deloitte en erreur. Nous savions que Deloitte avait accès à une copie des calendriers originaux en tout temps», a-t-elle soutenu.