NOUVELLES
12/08/2013 04:26 EDT | Actualisé 12/10/2013 05:12 EDT

Syrie: le chef militaire des rebelles visite Latakia, d'où est originaire Assad

BEYROUTH - Le commandant militaire du principal groupe d'opposition appuyé par l'Occident a rencontré des rebelles dans la province peuplée par la minorité alaouite, dont le président Bachar el-Assad est issue, à la suite de percées dans la région, a indiqué lundi une porte-parole de l'organisation.

Des combattants rebelles ont fait des avancées dans la province de Latakia au cours de la dernière semaine, prenant le contrôle de villages peuplés par des Alaouites. Bien que ces victoires n'aient pas réussi à renverser la balance du pouvoir dans la région, elles ont néanmoins plongé dans l'embarras le régime el-Assad. Les troupes gouvernementales y avaient gardé le contrôle depuis le début, il y a plus de deux ans, du soulèvement populaire qui s'est entre temps transformé en une guerre civile.

Les forces du président ont lancé une contre-offensive pour tenter de déloger les rebelles, et des activistes ont rapporté que les combats continuaient de faire rage dans plusieurs villages de cette région montagneuse.

Dans une vidéo mise en ligne sur la page Facebook de la Coalition nationale syrienne, on peut voir le chef militaire des rebelles, le général Salim Idris, marcher avec un petit groupe de combattants dans une zone accidentée. Il leur dit que s'il leur a rendu visite, c'est pour constater «leurs principales réalisations et les grandes victoires réalisées par (leurs) frères rebelles sur la côte».

La porte-parole de la coalition, Sarah Karkour, a mentionné que cette visite avait eu lieu dimanche sans toutefois en préciser l'endroit exact.

Le général Idris dirige le Conseil militaire suprême de l'armée syrienne, qui regroupe plusieurs brigades de tendance plus séculière et constitue le principal interlocuteur des puissances occidentales dans leurs démarches pour aider les rebelles combattant les forces de Bachar el-Assad. Son réel pouvoir demeure toutefois modeste, puisque les forces de l'opposition sont formées de centaines de factions de rebelles, dont les islamistes radicaux proches d'al-Qaïda. Ceux-ci ne reconnaissent par ailleurs pas l'autorité du général Idris.

Les gains des opposants au régime syrien dans la province de Latakia les ont quelque peu ragaillardi, après des semaines de victoires des hommes de Bachar el-Assad dans le centre de la Syrie et les environs de la capitale, Damas.