NOUVELLES
12/08/2013 11:55 EDT | Actualisé 12/10/2013 05:12 EDT

Pas de public, pas d'expérience

Les organisateurs des mondiaux d'athlétisme de Moscou paient pour leur inexpérience, les gradins sont vides ou presque.

La presse internationale parle de la « fréquentation dérisoire » aux Championnats du monde d'athlétisme à Moscou.

Le stade Luzhniki, qui avait reçu le monde lors des Jeux de 1980, a une capacité de 84 745 places, mais elle a été réduite à 50 000, et le nombre de billets en vente au public a été limité à 33 000. Tous les autres sont distribués gratuitement.

Pour expliquer ce triste état des lieux, le manque cruel de publicité ces dernières semaines dans les rues de la capitale, qui s'est vidée de ses habitants, partis en vacances.

Les athlètes l'ont remarqué et l'ont fait savoir. Parmi eux, le Britannique Mo Farah, champion olympique du 10 000 m, et l'Américain Aries Merritt, spécialiste du 110 mètres haies, se sont dits déçus par le faible nombre de spectateurs au stade.

Ces championnats du monde à Moscou sont considérés comme un test pour la Russie à organiser des compétitions internationales comme les Jeux olympiques, à Sotchi en 2014, et la Coupe du monde de football en 2018.

« Oui, les gradins sont tout sauf pleins. Oui, des billets sont distribués gratuitement. Et au final, les organisateurs se verront reprocher des erreurs, a écrit Tatyana Lebedeva, ancienne championne olympique du saut en longueur et vice-présidente de la Fédération russe d'athlétisme dans une tribune au quotidien Sovetski Sport, lundi.

« Mais soyons un peu indulgents. Nous n'avons tout simplement pas l'expérience d'organiser de grands événements d'athlétisme. Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas. Par exemple, les décathloniens ont pour tradition de faire un tour d'honneur, mais on leur a demandé de quitter la piste. La tradition a été rompue. Croyez-moi, cette erreur ne se reproduira plus. Nous apprenons et apprenons avec plaisir », a affirmé Madame Lebedeva.