NOUVELLES
12/08/2013 07:08 EDT | Actualisé 12/10/2013 05:12 EDT

L'apprentissage de Raonic

La déception se lisait sur le visage de Milos Raonic dimanche après sa défaite sans équivoque en deux manches des 6-2 en finale contre Rafael Nadal. Il aurait tellement aimé conclure différemment une semaine de rêve à la Coupe Rogers.

Un texte de Manon Gilbert 

Reste que Raonic a fait le plein de points ATP et de confiance à Montréal, lui qui en avait bien besoin après un printemps et un été plutôt décevants : dix victoires contre sept défaites depuis mai, avant son séjour de la métropole. Il affiche maintenant un dossier de 27-14, encore loin de l'impressionnante saison de son bourreau, 48-3.

Mais à 22 ans, il a encore bien des années devant lui.

« Je crois que cette semaine sera très importante pour lui. C'est très important d'avoir la chance de disputer sa première finale dans un Masters. Il doit encore travailler sur son aspect mental, sur son jeu en fond de terrain et apprendre à bien jouer tactiquement les points importants, soutient Nadal. Je crois qu'il y arrivera, il est encore jeune. »

Installé au 10e échelon mondial depuis lundi, une première pour un représentant de l'unifolié, Raonic a pris un pari audacieux en mettant un terme à son association de deux ans et demi avec son entraîneur espagnol Galo Blanco en pleine saison sur terre battue. Il s'est alors tourné vers le Croate Ivan Ljubicic qui, force est d'admettre, semble avoir trouvé la recette pour relancer l'Ontarien.

« Si on regarde la vue d'ensemble, ce fut un bon tournoi. Je suis content de la façon dont j'ai géré plusieurs situations et je suis content d'avoir accumulé de nombreuses nouvelles expériences. C'est le tremplin dont j'avais besoin », a déclaré Raonic qui a remercié tant Ljubicic que Blanco après sa victoire contre Vasek Pospisil samedi.

Nadal croit que Raonic est dans le top 10 pour y rester

Une des premières choses que Ljubicic, un ancien joueur croate qui est grimpé jusqu'au 3e rang mondial, a faites s'est d'évacuer les frustrations que le Canadien avait accumulées au fil des défaites.

Ensuite, il fallait s'attaquer à améliorer le jeu de son nouveau poulain. Un travail qui a rapporté ses premiers dividendes à Montréal, plus tôt que ce à quoi s'attendait Raonic. Et il en tire une grande source de motivation même s'il n'a pas su installer son jeu contre Nadal et qu'il ne l'a pas fait assez jouer sur plusieurs points.

« Si vous croyez que le tournoi est terminé et que je peux relaxer maintenant, ce n'est pas le cas, a déclaré le joueur de Thornhill aux journalistes dimanche après son revers. Dans moins de 48 heures, je joue au Masters de Cincinnati. Aujourd'hui, j'en ai encore pour 2-3 heures de récupération, plus que la durée du match. Demain, j'en aurai encore pour la même durée afin d'être dans la meilleure forme pour Cincinnati.

« Il y a plusieurs étapes et beaucoup de professionnalisme qui sont essentiels pour atteindre ce niveau. Ce sont des choses sur lesquelles je mets beaucoup l'accent et je suis fier de le faire. C'est très motivant pour la suite de savoir que j'ai franchi un pas de plus vers mon objectif. Je veux pousser encore plus fort et travailler davantage pour faire un autre pas de plus et me rapprocher de mon objectif. »

Se rapprocher de quoi? Du top 5. Raonic a constaté dimanche qu'il y avait encore un monde d'expérience entre le sien et celui de Nadal.

« Je sais que je peux mieux jouer que ce que j'ai fait aujourd'hui (dimanche). Je ne crois pas que ces gars-là aient un si grand avantage si on regarde le score. Selon moi, j'aurais pu mieux gérer la situation et je sais que je serai capable de gérer pareille situation dans le futur. Vous vivez et vous apprenez. Je suis sûr que j'apprendrai beaucoup de cette expérience. »

Nadal le croit aussi.

« Avec son service, ses chances de demeurer dans le top 10 pour longtemps sont très bonnes. Cette semaine aura été très bonne pour lui et pour le tennis au Canada. »

Difficile de contredire l'Espagnol.