NOUVELLES
11/08/2013 05:31 EDT | Actualisé 11/10/2013 05:12 EDT

Philippe Couillard se dit prêt pour des élections

Le chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, a profité du congrès de l'aile jeunesse de son organisation pour tirer à boulets rouges sur le gouvernement de Pauline Marois.

« Le Parti québécois n'était pas prêt à gouverner! Ils s'engageaient à geler les tarifs d'électricité, ils les ont augmentés. Ils s'engageaient à abolir la taxe santé, ils l'ont maintenue », a-t-il déclaré.

En clôture du congrès, le chef a livré un discours à forte saveur électoraliste. « Nous sommes à l'aube d'une élection. Les semaines et les mois qui vont suivre seront cruciaux pour l'avenir du Québec, a-t-il déclaré. Le PLQ et le Québec ont besoin de vous, de vos idées, de votre énergie. Vous êtes les ambassadeurs du changement qui s'annonce. »

Un virage à gauche?

Le rassemblement d'environ 400 jeunes membres du parti était orienté vers la justice sociale, un thème qui peut surprendre étant donnée la tradition libérale du parti.

Les participants ont notamment adopté une proposition visant à réserver de nouvelles places en CPE aux familles défavorisées et à rendre le système fiscal plus favorable aux ménages à revenus modestes.

« Avec notre nouveau chef, c'est vraiment un renouvellement, pense Émilie Pigeon-Moreault, une jeune militante libérale. Selon moi, on est vraiment en train de changer l'image plus capitaliste du libéral. »

« On a le cœur à gauche et le portefeuille à droite, s'il faut se catégoriser de cette façon-là », image de son côté M. Couillard. Quant à savoir s'il se juge plus à gauche que ne l'était son prédécesseur Jean Charest, le principal intéressé se montre difficile à cerner. « Je vais vous laisser faire ce travail de géométrie politique. »

Le chef ne perd cependant pas une occasion de s'attaquer au gouvernement Marois. « Le Parti québécois n'offre qu'une social-démocratie de pacotille. Le Parti québécois au gouvernement n'est pas un parti de gauche. Le Parti québécois est un parti de gauche dans l'opposition. »

Le chef est actuellement en tournée estivale. Il a confirmé qu'il ne se présenterait pas comme candidat avant des élections générales, à moins que des élections partielles aient lieu dans la circonscription de Roberval, où il réside. « Dans le contexte d'un gouvernement minoritaire, je peux me permettre d'attendre la tenue d'élections générales », a-t-il expliqué.

Avec un reportage de Marc-Antoine Ruest