NOUVELLES
11/08/2013 01:18 EDT | Actualisé 11/10/2013 05:12 EDT

Avant Lac-Mégantic, le comité des Jeux a craint une tragédie ferrovière

SHERBROOKE, Qc - Avant même la tragédie de Lac-Mégantic, les organisateurs des Jeux du Canada avaient soulevé, comme pire atteinte à la sécurité des athlètes du pays, la possibilité que se produise un déraillement de train avec déversement de produits dangereux. C'est ce que révèle le directeur général des Jeux de Sherbrooke, Luc Fournier.

«Dans notre analyse des 450 risques potentiels d'événements, nous en avions identifié 38 plus élevés, a indiqué M. Fournier, dimanche, en entrevue à La Presse Canadienne. Le directeur de la sécurité civile de Sherbrooke nous avait dit qu'il nous en manquait un, et que c'était le plus important: le déraillement d'un train avec déversement de produits chimiques à Lennoxville, près du village des athlètes. Il nous a dit ça quatre ou cinq mois avant les événements qu'on connaît. Et vous savez quoi? Le soir de la tragédie (dans la nuit du 5 au 6 juillet), le train meurtrier était passé dans le secteur et au centre-ville, quelques heures auparavant.»

Les organisateurs ont eu à mettre en branle un chapitre de leur plan de mesures d'urgence au cours de la première semaine des Jeux. Mais pour un événement qui a heureusement été sans conséquence grave.

Mercredi, un individu armé barricadé dans une maison située à proximité du campus de l'Université Bishop's a tenu en haleine les policiers, tout en provoquant l'évacuation de près d'une cinquantaine d'athlètes. L'incident s'est déroulé dans le calme et l'ordre, jusqu'à ce que le forcené se rende au bout de quelques heures. En aucun moment, la sécurité de quiconque n'a été compromise.