NOUVELLES
10/08/2013 11:56 EDT | Actualisé 10/10/2013 05:12 EDT

Les Kurdes d'Irak prêts à défendre ceux de Syrie

Le Kurdistan irakien est prêt à prendre la défense des Kurdes de Syrie s'il est prouvé que ceux-ci sont menacés par des combattants liés à Al-Qaïda impliqués dans la guerre civile syrienne, a déclaré Massoud Barzani, président de la région autonome kurde irakienne.

Dans une lettre publiée samedi sur internet, il annonce avoir demandé l'envoi en Syrie d'une mission chargée d'enquêter sur les informations selon lesquelles des « terroristes d'Al-Qaïda attaquent les populations civiles et massacrent des femmes et des enfants kurdes innocents ».

Les Kurdes de Syrie, profitant de l'affaiblissement du pouvoir de Damas sur une partie du territoire, ont installé une autonomie de fait dans l'extrême nord-est du pays, où vit la majeure partie de leur communauté. Mais ils se heurtent régulièrement aux djihadistes sunnites engagés contre le régime de Bachar Al-Assad.

« Si les informations sont exactes et montrent que des citoyens, les femmes et les enfants de Kurdes innocents, sont menacés de meurtres et d'actes terroristes, la région du Kurdistan d'Irak utilisera tous les moyens dont elle dispose pour [les ] défendre », ajoute Massoud Barzani dans son communiqué. Il ne précise pas la nature et l'ampleur de l'intervention envisagée.

Sa lettre a été adressée jeudi au comité chargé de préparer le congrès kurde prévu d'ici la fin du mois à Erbil, la capitale de la région autonome kurde d'Irak, et auquel doivent participer des délégations venues de Syrie, de Turquie et d'Iran. Massoud Barzani a demandé à ce comité de constituer une commission chargée de se rendre en Syrie.

Les Kurdes d'Irak ont déjà par le passé approvisionné les Kurdes de Syrie en carburant, en nourriture et en aide médicale, mais le communiqué de Massoud Barzani fait référence apparemment pour la première fois à une intervention directe.

Les Kurdes de Syrie représentent environ 10 % de la population du pays (20,8 millions d'habitants environ avant le conflit), mais ils ont souffert de discriminations sous le régime de Bachar Al-Assad comme sous celui de son père Hafez. Quelque 100 000 d'entre eux ont ainsi été déchus de leur nationalité.

La prise de position du Kurdistan irakien tranche avec la prudence affichée par le gouvernement central de Bagdad: le premier ministre Nouri al Maliki, un chiite, a assuré que l'Irak n'interviendrait pas dans le conflit syrien. Bachar Al-Assad s'appuie en Syrie sur la minorité alaouite, une branche issue du chiisme.

Bombardement d'un village près du pays alaouite

L'aviation syrienne a bombardé ans la nuit un village du nord-ouest du pays, rapportent samedi des activistes, les forces de Bachar Al-Assad semblant chercher à bloquer la progression des rebelles en direction du « pays alaouite », le long de la côte méditerranéenne.

La récente chute d'une importante base aérienne située près d'Alep et la prise, un peu plus tôt, de la ville de Khan al Assal ont renforcé l'emprise des insurgés sur le nord de la Syrie, d'où ils menacent désormais la province de Lattaquié, dont est originaire le président syrien.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche de l'opposition, les frappes aériennes contre le village de Salma ont fait au moins 20 morts - 10 civils, 6 combattants syriens et quatre djihadistes étrangers.

Salma est un village sunnite situé dans la chaîne montagneuse du djebel Akrad, qui longe la côte méditerranéenne. Composées essentiellement de brigades islamistes, dont deux groupes liés à Al-Qaïda, les forces rebelles présentes dans cette région ont tué des centaines de civils alaouites et de membres des forces gouvernementales ces derniers mois.

Bachar al Assad a déployé des renforts militaires dans la région et les raids aériens traduisent sa volonté de protéger le principal bastion de sa communauté alaouite, qui ne représente que 12 % de la population syrienne.

Reuters