NOUVELLES
10/08/2013 03:05 EDT | Actualisé 10/10/2013 05:12 EDT

Afghanistan: Washington veut signer une entente de sécurité avec Kaboul

KABOUL - Le plus haut commandant de la coalition internationale en Afghanistan a souligné samedi que la signature d'une entente de sécurité bilatérale entre les États-Unis et l'Afghanistan, pour l'instant suspendue, était nécessaire afin d'envoyer un signal clair aux Afghans et aux talibans que la communauté internationale désirait toujours assurer la stabilité future du pays, alors que les forces étrangères se retirent peu à peu.

Le général américain Joseph Dunford, qui commande les troupes internationales, a déclaré à l'Associated Press qu'il était important de signer cette entente, suspendue depuis juin par le président afghan Hamid Karzaï. Il n'a pas précisé si l'entente serait bientôt signée, mais certaines indications récentes portent à le croire.

Le mois dernier, Martin Dempsey, le général à la tête de l'état-major américain, a dit vouloir une entente d'ici octobre pour donner suffisamment de temps à l'OTAN pour se préparer à une présence militaire post-2014, plutôt qu'une retraite complète.

L'Afghanistan et les États-Unis ont participé aux négociations concernant cette entente, qui autorisera la présence de troupes étrangères après la fin de 2014. Lorsqu'elle sera signée, elle permettra à un petit groupe d'entraîneurs, et possiblement de troupes formées au contre-terrorisme, de demeurer sur place. Bien qu'aucun nombre n'ait été annoncé, les rumeurs font état d'environ 9000 soldats américains et de 6000 autres troupes fournies par les alliés de Washington.

ll y a actuellement près de 100 000 soldats provenant de 48 pays en Afghanistan, dont 66 000 Américains. D'ici février, la présence américaine passera à 34 000 hommes, et les forces de l'OTAN seront réduites de moitié. Selon le général Dunford, les plans de retrait survient leur cours.

Si les États-Unis ne signent pas l'entente, il est peu probable que l'OTAN ou ses alliés conservent des troupes en Afghanistan après 2014. L'Allemagne a déjà signifié que son offre pour conserver des centaines de formateurs en Afghanistan dépendait de la présence américaine et de celle d'autres pays dans le cadre de la mission d'entraînement.

Les négociations ont été suspendues en juin par M. Karzaï en lien avec l'ouverture d'un bureau des talibans au Qatar.