NOUVELLES
09/08/2013 02:53 EDT | Actualisé 09/10/2013 05:12 EDT

Taux de chômage: les partis d'opposition accusent le gouvernement Marois

QUÉBEC - Les partis d'opposition à l'Assemblée nationale tiennent le gouvernement Marois responsable de la hausse récente du taux de chômage au Québec.

Le taux a augmenté de 0,3 point de pourcentage, en juillet, pour passer à 8,2 pour cent, ce qui se traduit par une perte de 30 400 emplois, selon les calculs rendus publics vendredi par Statistique Canada. En Ontario, durant la même période, le taux de chômage a plutôt diminué pour se fixer à 7,6 pour cent.

Cette situation fait dire aux libéraux de Philippe Couillard que le Québec se retrouve dans une fâcheuse posture sur le plan économique.

«Depuis le début de l'année 2013, c'est 40 000 emplois qui se sont perdus au Québec alors qu'il s'en est créé plus de 80 000 dans le reste du Canada et plus de 20 000 en Ontario. C'est un bien triste bilan. Force est de constater que depuis leur (sic) arrivée au pouvoir en septembre dernier, le Parti québécois cause d'importants dommages à l'économie», a indiqué par voie de communiqué le porte-parole libéral en matière d'emploi, le député Sam Hamad, qui conclut que ce sont les jeunes travailleurs qui sont les plus durement touchés par ces pertes.

M. Hamad dit s'inquiéter du nombre élevé de fermetures d'entreprises et de voir les projets de développement économique stagner.

Son inquiétude est partagée par le porte-parole de la Coalition avenir Québec, le député Christian Dubé, qui se dit troublé de constater que «pas moins des trois quarts de tous les emplois perdus au Canada pour le mois de juillet ont été perdus au Québec seulement. C'est plus que gênant», a-t-il fait savoir par voie de communiqué.

Depuis que Pauline Marois est première ministre, le Québec n'a créé que 800 emplois, selon ses calculs, «soit environ cent fois moins que nos voisins de l'Ontario, qui en ont créé 76 700».

M. Dubé conclut que ces chiffres illustrent «l'ineptie péquiste en matière de développement économique».