NOUVELLES
09/08/2013 06:17 EDT | Actualisé 09/10/2013 05:12 EDT

La situation problématique des fous de Bassan sur l'Île Bonaventure

Des chercheurs suivent de près la situation des fous de Bassan sur l'Île Bonaventure, où l'on retrouve la deuxième plus importante colonie de cette espèce dans le monde, puisque des signes laissent croire à un nouvel échec de la reproduction.

Tout comme l'an dernier, les géniteurs ont recommencé à quitter leur nid laissant les petits à l'abandon. Normalement, le succès de reproduction de cette colonie est de 50 à 70 %. En 2012, il n'a été que de 8 %.

Des carcasses de poussins ont été observées de même que cinq petits laissés à eux-mêmes. « Si un nid est laissé seul, c'est que les deux parents sont partis. Ça veut dire qu'ils sont allés chercher de la nourriture et ils sont allés beaucoup plus loin pour la chercher », note Rémi Plourde, directeur du Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé.

Les oiseaux vont de plus en plus loin pour trouver de la nourriture. Ils ont d'ailleurs été aperçus à Blanc-Sablon, en Basse-Côte-Nord, et même dans le détroit de Belle Isle.

Des hypothèses

Des chercheurs de l'Université du Québec à Rimouski tentent de comprendre le phénomène, en installant des GPS sur les fous de Bassan afin de vérifier leurs déplacements.

« Présentement, on est juste sur des hypothèses. Est-ce que c'est la nourriture? On sait que l'an passé, les maquereaux se sont tenus dans le fond. Les fous de Bassan ne plongent pas plus que 20 mètres. La nourriture n'était pas accessible », avance Remi Plourde.

L'auteur-compositeur-interprète, Zachary Richard, qui présentait le spectacle d'ouverture jeudi au Festival de musique du bout du monde de Gaspé, se montre aussi préoccupé par la situation des fous de Bassan sur l'Île Bonaventure.

Il faudra attendre à la fin août pour avoir le véritable portrait de la situation.

D'après le reportage de Bruno Lelièvre.