NOUVELLES
08/08/2013 10:41 EDT | Actualisé 08/10/2013 05:12 EDT

Les cadeaux de Noel Devine permettent aux Argonauts de triompher 38-13

MONTRÉAL - Noel Devine se sentait généreux. Le porteur de ballon et spécialiste des retours a échappé trois ballons qui ont mené à 17 points des Argonauts de Toronto, qui ont déclassé les Alouettes de Montréal 38-13, jeudi.

Devine a commis trois des sept revirements des siens au cours de cette rencontre, donnant à chaque fois une position enviable sur le terrain aux Argos (4-2), qui eux n'ont jamais donné le ballon aux Alouettes (2-4) au cours de cette rencontre.

Il a donné le ton à cette gênante prestation en échappant le botté d'envoi des visiteurs à sa ligne de 30 et deux jeux plus tard, Ricky Ray (15 en 18, 152 verges, trois touchés) a rejoint John Chiles sur 11 verges pour ouvrir la marque.

Comme un malheur n'arrive jamais seul, Devine a quelques minutes plus tard échappé un autre ballon, sur une passe cette fois, permettant aux Argonauts de reprendre à la ligne de 29 des Alouettes. À nouveau, ils n'ont eu besoin que de deux jeux avant que Ray ne rejoigne Chiles sur 19 verges pour doubler l'avance des siens.

Devine complètera son tour du chapeau au quatrième quart en échappant un dégagement de Noel Prefontaine récupéré à la ligne de 33. Le botteur des visiteurs a fait 35-13 avec son deuxième placement de la soirée, sur 25 verges.

Blessé au poignet et à la cheville — il a été frappé particulièrement sévèrement sur sa troisième bévue — Devine s'est dirigé vers l'hôpital immédiatement après la rencontre et n'a pas rencontré les médias.

«Ce sont les revirements qui nous ont tués, a lancé Anthony Calvillo. C'est la base de ce sport: il faut protéger le ballon. Vous ne pouvez tout simplement pas faire ça. (...) On doit faire du meilleur travail en protection de ballon, que ce soit sur les unités spéciales ou en attaque.»

«C'est frustrant, ça rend le travail difficile, a pour sa part indiqué le secondeur Marc-Olivier Brouillette. Quand tu joues contre un quart-arrière comme Ricky Ray, même s'il n'était pas à 100 pour cent, si tu lui donnes le ballon à la ligne de 35 ou 40, il va te faire mal. C'est ça qu'ils ont fait. On s'est creusé un trou tôt dans le match et on n'a pas été capable d'en ressortir.»

Le centre Luc Brodeur-Jourdain n'était toutefois pas prêt à lancer la première pierre à ses coéquipiers.

«Je ne sais pas pourquoi nous avons commis tant de revirements, mais je ne jette pas le blâme sur qui que ce soit: j'ai attrapé un ballon dans toute ma carrière. Je n'ai donc pas à commenter le travail de ces gars-là. Noel Devine et Tyrell Sutton (qui a aussi échappé un ballon) ont les meilleures intentions du monde et ils travaillent extrêmement fort pendant la semaine. Ne reste plus qu'à affronter cette adversité.»

Chad Owens et Jason Barnes ont marqué les autres majeurs des visiteurs. Prefontaine a complété le pointage avec des placements de 43 et 36 verges.

La — timide — réplique des Alouettes est venue de Brandon London, qui a capté une belle passe de 48 verges de Calvillo, et des placements de 48 et 15 verges de Sean Whyte. Sur le touché de London, Calvillo a porté sa séquence de matchs avec au moins une passe de touché à 23.

Les Alouettes ont commis pas moins de quatre revirements en première demie seulement. Ces revirements ont été directement responsables de 21 points des visiteurs. Ce n'est sûrement pas le genre de prestation que souhaitait Jim Popp, qui a congédié Dan Hawkins pour le remplacer derrière le banc la semaine dernière.

Après qu'Owens eut réussi un électrisant retour de botté de 118 verges sur un placement raté de 49 verges par Whyte pour faire 21-0, Pat Watkins a intercepté une passe de Calvillo destinée à London. Ray et les Argos ont mis six jeux à franchir les 53 verges les séparant de la zone des buts des Alouettes. La passe de 15 verges à l'endroit de Barnes a fait 28-0.

Sur le tout dernier jeu de la demie, Whyte a inscrit les Alouettes à la marque à l'aide d'un placement de 48 verges. Les partisans encore sur place — l'exode a commencé très tôt — n'ont pas manqué de tourner en dérision ces premiers points des locaux.

Les Alouettes ont inscrit leur touché au tout début du quatrième quart. Les Argos n'ont inscrit que sept points en deuxième demie, mais le mal était fait depuis longtemps.

Malgré tout, les Alouettes n'ont pas l'intention de baisser les bras.

«Les joueurs croient encore l'un envers l'autre dans ce vestiaire, a indiqué Calvillo. Nous savons que nous ne pouvons pas continuer de nous faire mal en ne donnant que des petits terrains à la défense comme nous le faisons. Mais dans ce vestiaire, les gars se tiennent encore les coudes et c'est bien impressionnant.»