NOUVELLES
08/08/2013 03:24 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

Feux de forêt : le maire de Baie-Johan-Beetz blâme Québec

Le maire de Baie-Johan-Beetz, Martin Côté, critique vigoureusement le gouvernement du Québec pour sa gestion du feu de forêt qui a forcé l'évacuation de sa municipalité à la mi-juillet.

Le maire de cette municipalité de la Côte-Nord a fait parvenir une lettre à la première ministre Pauline Marois, où il lance un véritable cri du cœur.

L'ordre d'évacuation de sa municipalité a été lancé le 15 juillet dernier. Mais selon lui, le gouvernement et la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) auraient dû agir bien avant.

« Le 8 juillet déjà, on avait contacté la SOPFEU, en pensant qu'ils avaient la responsabilité et le mandat d'intervenir, donc une semaine avant. Là, on a appris qu'on n'était pas couvert par la SOPFEU », raconte-t-il.

La municipalité a alors découvert que la SOPFEU n'avait pas le mandat de protéger le village de Baie-Johan-Beetz, sans une autorisation du ministère des Ressources naturelles ou de la Sécurité publique. Ce changement aurait été mis en place cette année.

La SOPFEU n'a finalement obtenu le mandat en question qu'après l'évacuation des résidents.« La Sécurité civile nous a bien dit: tant que le feu n'est pas à moins 18 kilomètres de chez vous, on n'interviendra pas », raconte Martin Côté.

Il rapporte que le feu a ensuite progressé très rapidement: une vingtaine de kilomètres en une douzaine d'heures pendant la journée du 15 juillet, selon lui. « Il a fallu que notre directeur général envoie des photos du panache de fumée à la Sécurité civile pour qu'ils se mettent en mode panique », fait-il valoir. « Et là, l'électricité qui s'en va! Et c'est moi-même qui a été obligé d'aller voir où la ligne de feu était rendue. À 22 h, le feu était rendu à deux kilomètres du village », relate le maire.

Aide gouvernementale réclamée

Plusieurs citoyens se demandent comment ils pourront attirer les pêcheurs et les amateurs de plein air. « Les gens sont très inquiets », rapporte le maire, face à la dévastation du territoire et importantes pertes d'emploi pour la communauté.

Martin Côté déplore que le gouvernement tarde à lui apporter son soutien pour nettoyer les dégâts et relancer les activités touristiques de la région.

Sa lettre envoyée à la première ministre il y a plus de 10 jours est demeurée dans réponse. « Je n'ai même pas eu d'accusé réception! », lance-t-il. « On se trouve être abandonnés une deuxième fois, ajoute-t-il. On était une première fois abandonnés avec le feu, et pour la relance on est encore abandonnés. »

La municipalité aimerait obtenir de l'aide pour financer l'embauche d'un agent de développement. « On ne demande pas la lune, dit le maire. On demande de l'argent pour partir deux ou trois projets ».

Martin Côté craint de voir anéantis tous les efforts des dernières années pour développer l'économie de la municipalité.

Selon la SOPFEU, trois hélicoptères et neuf sapeurs-pompiers s'affairent toujours à éteindre l'incendie au nord de Baie-Johan-Beetz. Le ministère des Ressources naturelles a assuré que le bilan de l'opération sera réalisé à la fin de l'été.