NOUVELLES
08/08/2013 10:44 EDT | Actualisé 08/10/2013 05:12 EDT

Coupe Rogers: le champion de Wimbledon Andy Murray se voit indiquer la sortie

MONTRÉAL - Pendant que Tomas Berdych et Juan Martin Del Potro, deux membres du top-10 mondial de l'ATP, tombaient devant les deux Canadiens encore en lice à la Coupe Rogers, le no 2 Andy Murray trébuchait lui aussi sur le court central en après-midi.

Le récent champion du tournoi de Wimbledon s'est fait surprendre 6-4, 6-3 contre le Letton de 26 ans Ernests Gulbis (no 38), jeudi après-midi, une journée après avoir défait Marcel Granollers à son premier duel de la semaine.

Murray avait remporté les éditions du 2009 et 2010 de l'étape canadienne de la série Masters de l'ATP. Avec l'absence de Roger Federer, qui s'est désisté la semaine dernière, il reste donc Novak Djokovic et Rafael Nadal comme têtes d'affiche... ainsi que, évidemment, les deux Canadiens encore en lice, Milos Raonic et Vasek Pospisil.

Djokovic, qui s'est imposé 2-6, 6-4, 6-4 contre Denis Istomin, jeudi soir, a la voie libre pour remporter un troisième titre d'affilée à la Coupe Rogers, et un quatrième en tout en carrière. Nadal, lui, cherche à remporter un troisième titre, après ceux de 2008 et 2005.

«Je suis déçu d'avoir perdu, mais l'ironie c'est que j'ai mieux frappé la balle que (mercredi), a commenté Murray. Je n'ai juste pas réussi à faire la différence lors des points-clés.

«J'ai des choses sur lesquelles je dois travailler, mais les progrès vont venir en jouant des matchs», a ajouté le Britannique de 26 ans, qui n'avait pas joué depuis sa victoire à Wimbledon sur gazon quand il s'est amené à Montréal.

«Il faut du temps pour s'habituer au ciment. On ne peut pas s'attendre à être parfait tout de suite. Même si je suis arrivé à Montréal tôt, j'aurais aimé avoir cinq ou six jours de plus de préparation. Mais j'avais besoin des deux semaines de congé que j'ai prises après Wimbledon. Cette victoire, et tout le tourbillon qui a suivi, a été très fatigant — je n'avais jamais vécu ça de ma vie — et j'avais besoin de refaire le plein d'énergie.

«Il faut dire aussi que j'affrontais un bon joueur», a conclu Murray en parlant de Gulbis.

«Je ne sais pas à quel rang se classe cette victoire pour moi, a de son côté commenté le Letton. Je n'aime pas donner un classement à mes victoires. Je m'en balance pas mal. Mais c'est une de mes bonnes victoires, je savoure le moment. J'ai essayé de ne pas montrer de faiblesse. Je crois que j'ai plus de maturité comme joueur maintenant.

«Je n'ai pas d'attentes pour le reste du tournoi puisque j'ai déjà fait mieux que je ne m'y attendais. Je planifiais de remporter un match. Je dois donc être satisfait... mais il faut continuer. Oui, j'ai battu un joueur de premier plan, mais (vendredi), je devrai battre un autre joueur de premier plan», a dit Gulbis de son affrontement de vendredi en quarts de finale, qui l'opposera au Canadien Milos Raonic.