NOUVELLES
07/08/2013 01:52 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

Laurent Blanchard doit expliquer l'octroi de deux contrats à des firmes bannies

MONTRÉAL - Le maire par intérim de Montréal, Laurent Blanchard, a dû expliquer mercredi pourquoi la Ville avait octroyé deux autres contrats à des firmes d'ingénierie qui sont pourtant sur sa liste des entreprises avec qui la métropole ne peut plus transiger.

Les firmes BPR et SNC-Lavalin, qui se trouvent sur cette «liste noire», ont en effet obtenu des contrats de plusieurs centaines de milliers de dollars pour dresser des plans et devis concernant la réfection de certaines portions des réseaux d'aqueduc et d'égouts.

Le maire Blanchard a indiqué que les appels d'offres remportés par les deux entreprises avaient été lancés une semaine avant que la liste ne soit rédigée, permettant aux deux entreprises d'échapper à l'interdiction.

Des dirigeants de chacune de ces firmes ont admis devant la commission Charbonneau avoir participé à un système de collusion dans l'octroi des contrats de la métropole.

M. Blanchard n'a pas caché un certain malaise devant cette situation, mais a fait valoir qu'il s'agissait de contrats en vue de réaliser des travaux urgents, et que de recommencer le processus forcerait un report de six mois à un an.

Le maire par intérim a précisé qu'en raison de la lenteur du traitement des appels d'offres, d'autres contrats risquent d'être accordés à des firmes inscrites sur la liste noire dans les prochaines semaines.

Le contrat accordé à SNC-Lavalin est d'une valeur de 845 000 $, alors que celui octroyé à BPR est de 564 000 $.