NOUVELLES
07/08/2013 06:29 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

L'armée syrienne aurait tué 60 rebelles lors d'une embuscade

BEYROUTH - L'armée syrienne a tué une soixantaine de combattants rebelles lors d'une embuscade près de Damas.

L'agence de presse officielle syrienne SANA a confirmé qu'une embuscade avait été tendue dans la banlieue d'Adra, près de Damas, un peu avant l'aube mercredi. Elle affirme que des dizaines de rebelles ont été abattus.

L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, indique qu'au moins 62 rebelles ont perdu la vie. Il ne rapporte aucune perte de vie parmi les soldats.

SANA ajoute que les rebelles faisaient partie du groupe Jabhat al-Nusra, qui entretient des liens avec Al-Qaïda.

L'armée syrienne est passée à l'offensive autour de Damas au cours des derniers mois, dans le but de protéger le coeur du pouvoir du président Bachar el-Assad.

Pour sa part, le diffuseur officiel Al-Ikhbariya a montré des images de corps ensanglantés, dont certains portaient des tenues de camouflage. Il a indiqué que les hommes s'apprêtaient à attaquer un poste de l'armée près de Damas.

D'autres images ont montré un passeport tunisien, des bandeaux islamiques et des armes automatiques.

Un militant installé près de Damas a expliqué à l'Associated Press que 65 rebelles se dirigeaient vers le secteur de Qalamoun par le biais d'un sentier 30 kilomètres puisqu'il est trop dangereux de circuler en voiture dans la région. L'armée aurait eu vent de l'existence de ce sentier et aurait attaqué les insurgés avec des mitrailleuses lourdes. Trois rebelles auraient réussi à s'enfuir et à rejoindre Qalamoun.

Dans le nord du pays, une frappe de missile aurait fait trois morts en plus de blesser des dizaines d'enfants dans la ville de Raqqa. Au moins deux des trois victimes seraient aussi des enfants. Des images amateures mises en ligne montrent un enfant ensanglanté qui appelle son père à l'aide.

Enfin, l'Observatoire rapporte que des combattants kurdes ont capturé mercredi quelque 70 soldats gouvernementaux qui s'étaient enfuis de la base d'hélicoptères de Mannagh, dans la province nordique d'Alep. Cette base est tombée entre les mains de l'insurrection mardi.

Ailleurs, un responsable jordanien de la sécurité a révélé que les policiers ont intercepté cinq Syriens qui tentaient d'entrer au pays avec de grandes quantités d'armes. Des missiles antichars, des missiles antiaériens et des fusils d'assaut auraient été saisis. Plus tard, un responsable libanais a expliqué que deux hommes étaient interrogés en lien avec cette affaire.

On ne sait pas si les contrebandiers, qui ont été épinglés mardi, étaient affiliés avec une des factions de la guerre civile syrienne.