NOUVELLES
07/08/2013 03:27 EDT | Actualisé 06/10/2013 05:12 EDT

Kenya : l'aéroport de Nairobi ravagé par les flammes

L'aéroport international Jomo-Kenyatta (JKIA), de la capitale kényane Nairobi, a recommencé à accueillir des vols intérieurs et commerciaux en fin de journée, mercredi, après avoir été fermé pendant plusieurs heures en raison d'un impressionnant incendie qui a causé des dégâts importants à la zone des vols internationaux, sans toutefois faire de victimes.

Des flammes géantes ont brûlé pendant plusieurs heures mercredi matin et une épaisse colonne de fumée noire était visible de presque partout dans la ville.

« Aucune victime n'a été signalée dans l'incendie », a déclaré le porte-parole de la Croix-Rouge kényane, Nelly Muluka. Seuls un employé et un passager de Kenya Airways auraient été incommodés par la fumée et ne seraient pas en danger.

Ampleur des dégâts

L'incendie, qui est le plus important jamais enregistré dans un aéroport de l'est du continent africain, a entièrement détruit certains secteurs du hall des arrivées internationales, dont des restaurants et des magasins, et des parties du toit se sont effondrées.

« Il s'agit d'une crise majeure », a indiqué le ministre des Transports, Michael Kamau.

Une témoin venue attendre un passager à JKIA, Sylvia Amondi, a évoqué une situation de « chaos dans tout l'aéroport ». « Il y a de la suie partout », a-t-elle ajouté.

Tôt mercredi, le président kényan, Uhuru Kenyatta, dont le père, le premier président du Kenya, a donné son nom à l'aéroport international, s'est rendu sur les lieux de la catastrophe pour évaluer les dégâts.

Qualifiant l'incendie « d'événement tragique », il a promis que tous les efforts seraient entrepris pour qu'il ait un retour à la normale le plus rapidement possible.

Cause de l'incendie

L'origine du sinistre n'a pas encore été déterminée, mais le chef de la police kényane, David Kimaiyo, a annoncé l'ouverture d'une enquête, et a appelé la population à rester calme.

Un petit incendie a d'abord été découvert vers 5 h, mais la lenteur et le manque d'équipement des pompiers auraient permis au feu de se propager.

Tôt dans la matinée, le ministère de l'Intérieur a dû lancer un appel aux automobilistes pour qu'ils laissent la voie libre aux secours, alors que les pompiers se mettaient à manquer dangereusement d'eau. Les routes accédant à l'aéroport ont également été fermées pour laisser l'entière priorité aux secours.

Le ministre kényan des Transports et des Infrastructures, Michael Kamau, a indiqué que « l'incendie a commencé dans une des parties centrales de l'aéroport qui est d'accès difficile ».

L'un des passagers a indiqué avoir entendu deux petites explosions depuis le terminal d'arrivée avant d'entendre des sirènes.

« J'attendais mon vol vers 5 h [heure locale] lorsque j'ai entendu deux explosions, comme si elles venaient d'une bouteille de gaz ou d'un problème électrique », a indiqué ce passager kényan sous le couvert de l'anonymat.

« Pendant plusieurs minutes, l'ensemble de l'aéroport a été sécurisé par la police et le personnel de l'aéroport, qui ont ordonné à tout le monde de sortir », a-t-il précisé.

Selon les autorités kenyanes, rien n'indique pour l'instant que l'incendie pourrait être d'origine criminelle.

Vols annulés

Des centaines de passagers se sont retrouvés bloqués à l'extérieur de l'aéroport, où tous les vols ont été annulés. Les responsables s'affairaient mercredi à convertir une gare de vols intérieurs en gare internationale pour permettre aux avions de se poser au Kenya.

Des dizaines de milliers de passagers risquent d'être touchés par la fermeture de l'aéroport JKIA, par lequel transitent quotidiennement 16 000 passagers.

La haute saison touristique vient par ailleurs de commencer au Kenya.