NOUVELLES
04/08/2013 05:30 EDT | Actualisé 04/10/2013 05:12 EDT

Le roi du Maroc annule la grâce accordée à un pédophile espagnol

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a décidé d'annuler la grâce accordée au pédophile espagnol Daniel Galvan Vina, dont la libération a provoqué un mouvement de colère à travers le pays.

Le communiqué du Palais royal, rendu public dimanche soir, évoque une décision à caractère exceptionnel motivée par « la gravité des crimes commis et le respect du droit des victimes ».

Le ministre marocain de la Justice, Mustapha Ramid, devra « examiner avec son homologue espagnol les suites à donner à l'annulation de cette grâce » pour l'ancien détenu, qui devait purger 30 ans de prison pour des viols sur 11 mineurs.

Daniel Galvan Vina aurait déjà quitté le Maroc, selon les médias.

Samedi, Mohammed VI avait ordonné l'ouverture d'une enquête pour « déterminer les responsabilités et les défaillances qui ont pu conduire à cette regrettable libération et à identifier le ou les responsables de cette négligence ».

Le Palais royal avait assuré que Mohammed VI n'avait « jamais été informé, de quelque manière que ce soit et à aucun moment, de la gravité des crimes abjects pour lesquels l'intéressé a été condamné ».

Les manifestations programmées depuis plusieurs jours à Casablanca, mardi, et Rabat, mercredi, ont quant à elles maintenues.

Daniel Galvan Vina, âgé d'une soixantaine d'années, a été condamné en 2011 pour des viols sur 11 mineurs. Il a été libéré dans le cadre d'une grâce royale accordée à 48 prisonniers espagnols au nom, selon les médias officiels, de l'excellence des relations bilatérales entre le Maroc et l'Espagne, quelques jours après une visite du roi Juan Carlos.