NOUVELLES
30/07/2013 12:04 EDT | Actualisé 29/09/2013 05:12 EDT

Traverse Saint-Siméon-Rivière-du-Loup : étude d'impact pour un service à l'année

La municipalité de Saint-Siméon se prépare à lancer un appel d'offres pour réaliser une étude d'impact économique sur un service de traversier à l'année.

La traverse Saint-Siméon-Rivière-du-Loup, qui relève d'une entreprise privée, interrompt ses activités du début janvier jusqu'à Pâques.

Le maire de Saint-Siméon, Sylvain Tremblay, croit que non seulement l'industrie touristique hivernale profiterait d'un service à l'année, mais aussi un grand nombre d'entreprises qui livrent ou qui s'approvisionnent sur l'autre rive.

« Ce que j'essaie de démontrer avec l'étude qu'on veut faire, c'est de dire que si on investit de l'argent public, 1 $, ça va nous donner des retombées dans nos milieux de 5 $ à peu près », souligne-t-il.

Une centaine de municipalités de Charlevoix, de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie ont déjà voté des résolutions en appui au projet.

Actuellement, pendant trois mois, les seules options pour joindre les deux rives sont la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout ou un détour par la ville de Québec.

Étude du ministère des Transports

De son côté, le ministère des Transports a réalisé une étude de navigabilité qui s'avère positive, sauf à un certain moment, au mois de mars, où des glaces s'accumulent du côté de Rivière-du-Loup.

Avant de s'avancer dans le projet, le ministère attend les résultats de l'étude d'impact économique.

Un projet-pilote pourrait être mis sur pied, au cours duquel la Société des traversiers du Québec offrirait le service pendant quelques semaines de plus avec un navire de relève.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!