NOUVELLES
23/07/2013 01:57 EDT | Actualisé 22/09/2013 05:12 EDT

Churchill Falls: la PM de Terre-Neuve-et-Labrador rabroue Hydro-Québec

SAINT-JEAN, T.-N.-L. - La première ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Kathy Dunderdale, accuse Hydro-Québec de vouloir dicter la politique énergétique de sa province.

Hydro-Québec a demandé lundi à la Cour supérieure du Québec de se pencher sur le contrat qui la lie à la Churchill Falls (Labrador) Corporation (CF(L)Co).

La société d'État québécoise soutient avoir le droit exclusif d'acheter, jusqu'au 31 août 2041, la quasi-totalité de l'électricité produite par la centrale de Churchill Falls. CF(L)Co estime pour sa part que Hydro-Québec n'a droit qu'à des blocs d'énergie mensuels fixes à partir de 2016.

La première ministre de Terre-Neuve-et-Labrador croit que la contestation judiciaire entreprise lundi par Hydro-Québec, qui pourrait avoir un impact sur le projet hydroélectrique de Muskrat Falls, va échouer.

Mme Dunderdale estime qu'il s'agit d'une tentative désespérée de la part d'Hydro-Québec pour faire avorter le projet de Muskrat Falls sur le Bas-Churchill, d'une valeur de 7,7 milliards $.

«À chaque occasion, ils tentent d'interférer dans nos décisions. Je crois qu'en tentant maintenant d'arrêter la mise en valeur du Bas-Churchill, Hydro-Québec agit de façon arrogante et désespérée. Hydro-Québec ne va pas fixer l'ordre du jour», a indiqué la première ministre.

Mme Dunderdale pourrait s'entretenir avec son homologue Pauline Marois à l'occasion de la rencontre des premiers ministres des provinces, jeudi, à Niagara-on-the-Lake en Ontario. Elle a cependant indiqué qu'elle ne comptait pas aborder le dossier de la centrale du Bas-Churchill, alors que le dossier est maintenant devant les tribunaux.

Un porte-parole d'Hydro-Québec, Gary Sutherland, a dit mardi que la CF(L)Co n'a droit, en vertu du contrat qui la lie à la société d'État québécoise jusqu'en 2041, qu'à un bloc de pas plus de 300 mégawatts de l'électricité produite à la centrale de Churchill Falls pour ensuite le revendre à de tierces parties. Hydro-Québec prétend que depuis 2012 la CF(L)Co a vendu à la Newfoundland and Labrador Hydro une quantité d'électricité supérieure à cette limite, au détriment de la société d'État québécoise.

«La contestation qui a été déposée hier (lundi) ne vise en fait qu'à obtenir des tribunaux une interprétation du contrat de 1969 sur Churchill Falls, a dit M. Sutherland. Ça n'a rien à voir avec le projet de Muskrat Falls.»

Certains observateurs estiment que le projet de centrale hydroélectrique sur le cours inférieur du fleuve Churchill, à Muskrat Falls, devrait être mis sur la glace en attendant un jugement dans le dossier du contrat de Churchill Falls, en amont du fleuve.

La construction de la centrale est néanmoins en marche au Labrador et doit être terminée d'ici 2017.