NOUVELLES
21/07/2013 03:36 EDT | Actualisé 20/09/2013 05:12 EDT

Chris Froome défile sur les Champs-Élysées, remporte le 100e Tour de France

PARIS - Chris Froome a défilé sur les Champs-Élysées en route vers la victoire au 100e Tour de France, dimanche, après avoir dominé ses rivaux sur le bitume pendant plus de trois semaines en plus de s'appliquer à négocier avec doigté les accusations de dopage qui ont fusé pendant la compétition.

«C'est un maillot jaune qui restera dans les annales», a commenté le Britannique.

«Dans un sens, je suis satisfait d'avoir été confronté à ces questions, car après toutes les révélations faites l'an dernier et tous les gâchis qui ont terni le Tour de France depuis une décennie, tout ça sera dirigé vers moi désormais», a confié Froome.

«Je crois que j'ai été en mesure de négocier avec ça de façon assez raisonnable depuis le début du Tour, et j'espère que ç'a envoyé un message assez fort au monde du cyclisme à l'effet que les choses ont changé — car ç'a vraiment changé.»

«Le peloton est demeuré uni, les cyclistes sont unis et ce genre d'attitude ne sera plus accepté.»

En deux ans, la Grande-Bretagne a généré deux champions différents: Bradley Wiggins en 2012 et maintenant Froome, un athlète plus calme et réservé mais néanmoins aussi déterminé que son coéquipier de l'équipe Sky arborant de célèbres favoris.

Nairo Quintana, un Colombien de 23 ans qui a consolidé sa deuxième place derrière Froome grâce à une impressionnante victoire samedi lors de la 20e étape, a ri de Joaquim Rodriguez — troisième au classement général — tandis qu'il tentait d'allumer un cigare alors qu'il était toujours en selle.

Froome a défilé dans Paris avec panache — il s'est emparé du maillot jaune de meneur dès la huitième étape et ne s'en est plus jamais séparé. Il a d'ailleurs dédié cette victoire à sa mère, Jane, qui est morte en 2008.

«Sans ses encouragements à poursuivre mes rêves je serais probablement à la maison en train de regarder la télé», a-t-il dit.

C'est l'Allemand Marcel Kittel qui a remporté la dernière étape à l'issue d'un sprint endiablé. Kittel (Argos-Shimano) s'est imposé devant son compatriote André Greipel (Lotto-Belisol) et l'Anglais Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step). Kittel a ainsi savouré sa quatrième victoire d'étape sur ce Tour.

La 100e édition fut visuellement spectaculaire, à commencer par la première portion de l'histoire du Tour de France jamais présentée en Corse — «l'île de la beauté» selon les Français. La compétition s'est ensuite dirigée vers les Pyrénées et la Bretagne, avant de parcourir la France d'un bout à l'autre et d'entamer un crescendo dans les Alpes françaises — pour un impressionnant total de 3404 kilomètres parcourus.

La 21e étape a commencé au magnifique château de Versailles — l'ex-résidence de trois célèbres rois et le siège du pouvoir monarchique jusqu'à la Révolution française de 1789 —, et s'est terminée sur les Champs-Élysées à Paris. La dernière étape du Tour arrive à cet endroit depuis 1975 et se conclut généralement par un sprint.

Celui-ci s'est mis en branle sur les Champs-Élysées, et les 169 cyclistes qui ont franchi le fil d'arrivée — par rapport aux 198 qui ont pris le départ du Tour de France — ont savouré le moment.

Parmi eux se trouvait David Veilleux, de Cap-Rouge, qui a terminé en 123e position à trois heures, 24 minutes et 18 secondes de Froome. Ses compatriotes Ryder Hesjedal et Svein Tuft ont respectivement pris les 70e et 169e positions de la compétition.